Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Punaises de lit au CHU : "des mesures draconiennes"

0 19.09.2017 16:21
Photo PO-CT

Des tentes sont installées à l'extérieur des urgences

Les urgences du CHU de Nantes sont touchées par la présence de punaises de lit depuis quelques jours. 

La découverte date de la fin de semaine dernière. Quelques insectes ont été ramenés par une patiente aux urgences adultes de l’Hôtel-Dieu. Selon le CHU, il n’y en avait peu. Mais à deux endroits différents.

Depuis hier, c’est donc l’effervescence aux urgences pour empêcher toute infestation massive. Depuis ce lundi, une société traite le service des urgences. Les patients qui viennent ppour de la bobologie sont orientés vers un médecin traitant, les autres sont suivis à l'hôpital dans d'autres services ; les urgences étant temporairement fermées pour le traitement. D'autres mesures sont prises, notamment pour les vêtements des soignants et des patients. Le CHU précise que les punaises de lit ne sont pas vecteurs de maladie. Elles occasionnent surtout des nuisances avec leurs piqûres qui peuvent provoquer des démangeaisons.

 Un CHSCT avec la direction du CHU et les syndicats, prévu mardi, va notamment porter sur ce sujet.

Comme l'indique le ministère de la santé sur son site, "la propreté n'est pas un facteur évitant une première infestation mais une bonne hygiène et une détection rapide permettent d'éviter les hyper-infestations".

Depuis la fin des années 1990, la présence de cet insecte se multiplie, notamment en France. Les punaises de lit peuvent engendrer des piqûres et démangeaisons, mais ne sont pas vecteurs de maladies.

 

L'article complet à lire ce mardi dans le journal Presse Océan

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.