Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Enfermés dans le parc des Oblates : « Nous cherchons une solution »

0 02.11.2016 05:30
Photo PO-Nathalie Bourreau

Photo PO-Nathalie Bourreau

« L'incident du 23 octobre (des familles sont restées enfermées dans le parc des Oblates, lire aussi ici) s'explique par le changement des horaires », note Abdel Soudani, responsable d'équipe au service Accueil et surveillance des parcs et jardins. « Mais le lendemain et le surlendemain, l'incident s'est reproduit. 60 personnes ont été enfermées à nouveau dans le parc. Il a longtemps été ouvert toute la nuit et les gens ont pris l'habitude d'y rester très tard. Ce parc nous pose beaucoup de problèmes : les boutons poussoirs qui permettaient de sortir par les portes automatisées ont été vandalisés trois fois. Ils ont finalement été supprimés. Nous sommes à la recherche d'une solution. »

Le service Accueil et surveillance des parcs et jardins est composée de 32 agents. À eux tous, ils entretiennent 158 parcs jardins et squares de la ville et effectuent la fermeture de 22 sites, chaque jour de l'année.

Insultes
« Nous passons dans chaque parc pour prévenir les gens que nous fermons, explique Lionel Marti, agent municipal. La plupart du temps, ça se passe bien. Mais parfois, les gens nous insultent, mécontents de devoir partir. Ils estiment que le parc leur appartient et ne comprennent pas pourquoi on le ferme. Certains mettent un point d'honneur à sortir du parc à l'heure pile pour nous empêcher de fermer. Autre souci majeur, les chiens qui ne sont pas tenus en laisse. »

Retrouvez notre dossier spécial ce mercredi dans Presse Océan

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.