Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Femme traînée sur 2 km: les suspects restent en détention provisoire

0 24.12.2015 18:30
La victime a été retrouvée rue de Valmy, au bout d’une course folle.

La victime a été retrouvée rue de Valmy, au bout d’une course folle.

Archives Remi Certain

Le conducteur de la voiture qui a traîné sur 2 kilomètres une femme à Nantes, la semaine dernière, était devant le juge des libertés et de la détention ce jeudi 24 décembre. Il est mis en examen pour tentative de meurtre. Son placement en détention provisoire a été confirmé, tout comme celui du passager qu'il transportait. Récit.

« Je n’arriverai jamais à m’en remettre. » Ce sont les seuls mots que cet homme, mis en examen pour tentative de meurtre, parvient à souffler ce jeudi 24 décembre. Il est grand, frôle le 1,90 m, a 37 ans, des cheveux de jais, et une silhouette longiligne. Et s’il est peu loquace, il fixe intensément la juge des libertés et de la détention en charge de statuer sur son sort.

Lui et son passager ont semé l’horreur il y a tout juste une semaine, traînant - à la suite d’un différend - une femme accrochée à sa voiture sur près de deux kilomètres, entre l’île Gloriette et la cité des congrès de Nantes.

"Atrocement mutilée"

La victime, âgée de 43 ans, avait eu une relation amoureuse avec le chauffeur de la voiture. Grièvement blessée, elle demeure hospitalisée, « atrocement mutilée », selon les mots du procureur, et atteinte de blessures « irréversibles ». Elle s’est vu notifier un an d’incapacité totale de travail.

"Trou noir"

La scène d’une violence inouïe s’est déroulée en plein jour, sous les yeux de nombreux témoins, rapporte le procureur. L’un d’eux a même pris des images de la scène, selon les enquêteurs. « Mon client était dans un trou noir, il a des difficultés pour exprimer ce qui s’est passé mais c’est comme un mécanisme de défense, plaide Me Virginie Hamon, avocate du conducteur. Petit à petit, il atterrit dans ce dossier et prend conscience de la gravité des faits qui lui sont reprochés. Dès son arrivée à la maison d’arrêt, il a demandé à voir un psychologue. »

La défense invoque aussi un accident du travail survenu en 2013 qui a plongé son client dans « une descente aux enfers » et une « période d’errance. Il sortait enfin la tête de l’eau, avait retrouvé un logement ». Là même où il a été interpellé à Vertou.

"Fuite"

Le procureur déplore tout de même que le suspect s’en tienne à sa ligne de défense, ce dernier soutenant ne pas avoir vu le bras gauche de la victime, empêtré dans la ceinture de sécurité, resté coincé dans l’habitacle de la Ford. Le magistrat estime que le chauffeur n’a eu d’autre souci que « d’échapper aux recherches et de fuir ». « J’ai téléphoné le soir au CHU pour essayer de prendre des nouvelles, psalmodie l’intéressé - dont le casier judiciaire compte six mentions, dont certaines pour des faits de violences. J’étais perdu. »

Placements en détention provisoire confirmés

Vient au tour du passager, deux condamnations à son casier, d’être interrogé « Il a toujours donné la même version, relève Me Benoît Rivain. Il ne s’est pas rendu compte de la situation immédiatement mais quand il a réalisé ce qui se passait, il a demandé à plusieurs reprises au conducteur de stopper. » Le procureur, lui, n’oublie pas de souligner que des témoins l’ont vu tenter de dégager la victime « avec le pied. Il ne la considérait pas comme un humain mais comme un déchet », tonne-t-il.

À l’issue de l’audience, la juge a confirmé le placement en détention provisoire des deux hommes.

Yan Gauchard

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.