Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Folle Journée : René Martin et le coup de pouce aux jeunes groupes

0 02.02.2016 09:22
René Martin (en bleu) près de Stéphane Auger de l’Accoord et des musiciens de groupes nantais.

René Martin (en bleu) près de Stéphane Auger de l’Accoord et des musiciens de groupes nantais.

Photo Romain Boulanger

136 000 places ont été d'ores et déjà vendues pour la douzième édition de la Folle journée qui démarre le 3 février et se poursuivra jusqu'au dimanche 7 février. Il en reste un peu plus de 20 000. Le directeur artistique René Martin a suivi de près les jeunes groupes de quartier qui revisitent des morecaux classiques.  Les groupes Yöllä, Khoral,  Bubsy Crew (hip hop, jazz), Easy (electro hip hop), Pionners (rock alternatif) et The YB’S (hip hop funk, reagge, dub) joueront le 3 février à 21 h à la cité des Congrès, le 5 février à la Maison de quartier de Doulon et le 6 février au centre socioculturel de Bellevue. 

René Martin  se souvient qu'à ses débuts, il aurait aimé bénéficier de ces renocntres avec des musiciens classiques. "Quand j’étais jeune", sourit René Martin, " J’écoutais King Crimson. J’étais un bon batteur mais je n’avais pas de professeur de musique. On manquait d’une petite formation. D’avoir un professeur qui m’accepte à mon niveau, ça m’aurait vraiment fait plaisir à l’époque. Aux transcriptions, les groupes sont encadrés par des professionnels de la musique, certains ont leur âge, ils peuvent se tutoyer, cela entraîne des échanges libres et surtout ils n’auraient pas pu les rencontrer. Et puis une classe de musiques actuelles du conservatoire a accepté de faire des master class ». Les six groupes qui ont été sélectionnés ont « écouté 40 à 50 morceaux. Ils ont ensuite choisi l’un d’eux. Je leur ai donné quelques pistes et je les encourage à écouter des morceaux du même compositeur". Ce qui intéresse le directeur artistique de la Folle Journée, "c’est vraiment la progression du travail. On fait confiance à de jeunes musiciens. La finalité, c’est qu’ils découvrent un autre univers musical. C’est une expérience unique, ça les valorise beaucoup. Pour tous, ce sont de très belles rencontres". Avec la musique classique, "les jeunes musiciens entrent dans un univers d’une richesse inouïe. Écouter les Préludes de Bach peut bouleverser la vie d’un musicien", explique René Martin. 

S.P.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.