Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Les frères Toqué : "on va revenir à Nantes et on va tout dézinguer !"

0 09.05.2017 17:07 écrit par Lucie Beaupérin
  • Photo PO/ Anne-Hélène Dorison

    Dans les rues de Nantes, ils ont voulu rendre la rue Kléber plus belle.

  • crédit photo Magali Perruchini

    Les frères Toqué, Félix et Marin, travaillent à quatre mains.

  • Photo PO/ Anne-Hélène Dorison

    Les messages positifs font aussi partie de leur signature, encore ici à Nantes.

  • crédit photo Magali Perruchini

    Les frères Toqué, Félix et Marin, travaillent à quatre mains.

  • DR

    La mer pour inspiration : ici les frères Toqué devant la reprise d'une photo de Philippe Plisson.

Les frères Toqué sont des enjoliveurs de rue. Nés à Nantes, ces deux artistes impriment leur style, leur joie de vivre et leurs origines sur les palissades les plus déprimantes de Paris.

Le dada de Félix, artiste de rue de 32 ans, c'est l'achat d'encyclopédies marines qu'il déniche dans les vide-greniers. "Ça nous permet d'avoir un catalogue d'images et on apprend plein de choses sur la crevette !" Sa bonne humeur est contagieuse.

Muni de sept volumes ce samedi-là - nous sommes le week-end de Pâques - l'artiste se balade avec ses peintures dans Paris à la recherche d'un mur. Rue Quincampoix, son regard s'arrête sur des planches de bois protégeant une galerie d'art fermée. Il se met à y peindre des navires... "Ensuite j'ai pensé à Saint-Nazaire, parce que mon frère était là-bas, et je cherchais une rime." Un passant lui souffle l'idée de parler des chantiers et la fresque prend tout son sens : "À Saint-Nazaire, de nos navires nous sommes fiers !"

L'image plait aux promeneurs et retentit sur les réseaux sociaux, au grand étonnement de Félix.


"J'aime beaucoup ma région moi tu sais." Félix a vécu à Nantes jusqu'à ses 18 ans. Grand voyageur, l'ancien éducateur des quartiers défavorisés de Paris a renoué avec ses origines : "maman sculpte toujours". Il s'est autorisé à mener pleinement la vie d'artiste depuis que son frère Marin, 25 ans - "viré de l'école des Beaux-arts de Poitiers, un exploit" - l'a rejoint à Paris. Avec lui, depuis 2015, il choisit des lieux qui ne gênent personne (voir leur site).

Deux fresques récentes à Nantes

Des planches de bois sur une vitrine en travaux ou un container de recyclage Emmaüs font l'affaire... Quinze ans de graffitis à Nantes ça marque. Les deux frères n'y étaient pas revenus depuis longtemps. Le week-end du 1er mai, une visite à leur grand-mère aura signé leur retour artistique - et remarqué - à Nantes, rue Kléber.

Leur talent consiste à redonner éclat, rêverie et bonne humeur au décor urbain délaissé avec ces petites phrases ou aphorismes "cul-cul" (dixit Félix) sur le bonheur. "Le street art, j'aime beaucoup, je l'ai pratiqué à Nantes mais c'est vraiment la vague de la dénonciation. Les médias font pareil et du coup, moi, je sature. Alors avec mon frère, on a choisi de délivrer des messages positifs".

Maison familiale à Piriac

En plein travail le jour de notre interview, Félix interpelle comme il aime à le faire les passants dans la rue : "Et vous, vous verriez quoi ici, vous pouvez m'aider ?"  Il explique : "On ne fait jamais d'esquisse et c'est ça qui est merveilleux. Le rendu n'est jamais nickel". La mer, Piriac (où ils ont une maison), la Brière sont leurs sources d'inspiration. Après, découvrant leur travail dans la ville, des entreprises les contactent pour réaliser les lettrages de leurs devantures.

"On va tout dézinguer !"

Ce qui les a marqués dans leur ville natale ? Toutes "ces planches de bois sur les banques ! Il n'y a pas moyen, il faut qu'on repeigne tout ça. Avec mon frère on va revenir à Nantes et on va tout dézinguer !" prévient Félix. Les stigmates des manifs contre la Loi travail font au moins rêver des artistes qui y voient autant de surfaces potentielles pour s'exprimer.

Qui sait ? Peut-être un jour les Nantais auront la surprise de découvrir une belle ode à la mer, reproduction arrachée d'une toile de Mathurin Méheut dont ils aiment tant la peinture. Et l'on saura d'emblée à quels bons vivants l'attribuer...

Lucie Beaupérin

Lire aussi le beau reportage de Magali Perruchini à Paris sur son blog : lesmainsbaladeuses.com

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.