Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Il a croisé Yannick Bothelo : « Ce qu'il voulait, c'était m'abattre »

1 15.11.2016 10:44
Les avocats des parties civiles ont tenté de faire sortir l'accusé de son mutisme, en vain. Photo Presse Océan - Nathalie Bourreau

Les avocats des parties civiles ont tenté de faire sortir l'accusé de son mutisme, en vain. Photo Presse Océan - Nathalie Bourreau

Photo Presse Océan - Nathalie Bourreau

Guy a croisé la route de Yannick Luende Bothelo après l'assassinat de Marion. Il a témoigné lundi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique.

Yannick Luende Bothelo l'avait laissé pour mort, le 19 mars 2012. Agonisant au pied d'un escalier, sur les bords de Sèvre, au sud de Nantes. Cou entaillé, jugulaire sectionnée et côtes brisées. Près de 5 ans plus tard, Guy fait face à son agresseur. Il le fixe. Sans jamais baisser la tête. Duel les yeux dans les yeux.

Ce « regard de folie », Guy l'a donc croisé la première fois dans le parc du Loiry, à Vertou. Le retraité, 72 ans aujourd'hui, faisait son jogging. Luende Bothelo, lui, attendait une victime. « Il m'a attaqué par-derrière, quand je montais les marches. J'ai senti le couteau rentrer dans ma nuque, témoigne le septuagénaire, cheveux blancs, lunettes fines et col de chemise relevé sur ses cicatrices. J'ai eu un réflexe de défense. On est tombé et il a continué à me donner des coups par terre. Il savait ce qu'il faisait. Ce qu'il voulait, c'était m'abattre. »

Yannick Luende Bothelo, 29 ans, comparaît devant la cour d'assises de Loire-Atlantique pour cette tentative d'assassinat mais aussi pour le viol et l'homicide volontaire avec préméditation de Marion Rousset, 14 ans, tuée de plus de soixante coups de couteau dans des toilettes publiques, le 18 mars 2012 à Bouguenais. Il est également jugé pour avoir agressé un retraité vertavien, à son domicile.

Depuis le début du procès, l'accusé refuse de s'exprimer. Il se cache derrière une première expertise psychiatrique qui a conclu à l'abolition de son discernement et du contrôle de ses actes au moment des faits. Conclusions infirmées plus tard par un autre collège d'experts.

Le verdict est attendu en fin de semaine.

Plus d'informations à lire ce mardi 15 novembre 2016 dans Presse Océan ou nos éditions en ligne

Commentaires (1)

Eeeh been voilaaaa
Bretonne-Naoned mar, 15/11/2016 - 19:44

On en sait enfin un peu plus sur ce Bothelo... il avait donc déjà de graves antécédents de violences sur des personnes.. et le suivi ? Il n'y en avait pas, évidemment, c'est ainsi que ce monstre a pu mettre fin à la vie d'une jeune fille de 14 ans, dans des conditions atroces. Quel que soit son état mental, il faut le mettre hors de nuire à nouveau ! A enfermer, et à faire travailler sur des travaux d'intérêt public. Sinon c'est trop facile pour ce genre d'individus, logé nourri blanchi aux frais des contribuables, tandis que leurs victimes et familles de victimes continuent de souffrir à vie. A quand une justice qui fasse correctement son travail ?

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.