Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Jeanne Cherhal fait chavirer la Cigale à Paris

0 26.03.2014 13:38
  • Photo : Stéphane Pajot

    Des projecteurs façon tournage de cinéma éclairent la scène.

  • Photo : Stéphane Pajot

    La Cigale à Paris le 24 mars affichait complet

  • Photo : Stéphane Pajot

    Jeanne Cherhal, une femme piano qui a su réinventer le son des années 70

C’est une grande « traqueuse », comme elle dit quant à son rapport à la scène. C’est justement ce qui lui plait, cette adrénaline qui la transcende, lui permet de lâcher prise, d’emporter l’adhésion d’une salle. Et surtout, la conscience qu’au bout du compte, nous ne sommes que de petits mortels en suspension. A Paris, ce lundi à Montmartre, avant ses deux concerts nantais (1), la Cigale toute entière s’est levée comme un seul homme en fin de set. Normal, Jeanne Cherhal, hirondelle de 36 printemps, a tout donné, tout chanté de son « Histoire de J. », ce dernier album qu’elle reproduit sur scène en démultipliant les émotions, en revisitant les morceaux. Ainsi cette chanson, « Quand c’est non, c’est non », un hymne puissant qui dénonce le viol et qui prend ici une incroyable ampleur sur les planches. Percutante.  Le ton était donné dès l’intro, musicale, avec ce son à l’ancienne, vintage, celui qu’elle est allée dénicher en s’immergeant dans l’univers des seventies. Il vous embarque sur la route de « J’ai faim », « L’échappé » ou « Bingo », autant de titres, jolies pépites parfois déjà connues des 950 spectateurs (jauge maxi) qui remplissaient le vieux théâtre à l’Italienne. Avec escapades dans ses quatre autres albums. Encadrée par trois compagnons de route, Sébastien Hoog (guitariste) Laurent Saligault (basse) et Eric Pifeteau (le batteur nantais), musicos de haute tenue, la femme piano se déchaine, la femme corsaire ne vous lâche pas d’une semelle.  Un abordage avec le plein d’amour dans son moteur.  Epanouie, mutine, rebelle, on la sent heureuse d’être là , heureuse de « chanter pour rien, juste parce que ça fait du bien ».

Stéphane Pajot

(1) Les 1er et 2 avril salle Paul Fort, 9 rue Basse Porte à Nantes. 02 51 72 10 10. Organisation La Bouche d’Air.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.