Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Jugé pour actes de torture sur des enfants : 15 ans de réclusion requis

0 04.03.2016 17:40
Charlotte Gazzera, l'avocate générale.

Charlotte Gazzera, l'avocate générale.

Photo PO-AHD

 

L’avocate générale Charlotte Gazerra a requis 15 ans de réclusion criminelle, assortis de trois ans de suivi socio judiciaire.

"Il (l’accusé) s’est cru prince en son royaume et il a cru qu’il avait tous les droits sur ses sujets."

Charlotte Gazzera, l’avocate générale, vient de prononcer son réquisitoire ce vendredi devant la cour d’assises de Loire-Atlantique., qui juge depuis mercredi un Tunisien de 26 ans, pour "actes de torture et de barbarie" sur deux enfants âgés de 7 à 8 ans et pour "violences habituelles" sur leur grande soeur, âgée de 15 ans au moment des faits, en juin 2014.

"On attendait un prince charmant dans cette maison, mais c’est un tyran qui s’est imposé par la terreur. Qu’est-ce qui l’animait ? Une certaine idée de l’éducation ? De la religion ? La cruauté ? Le seul plaisir de s’imposer ? Je l’ignore. Mais au fond, ça n’est pas pour cela que l’on condamne en droit."

Aux yeux de l’avocate générale, "l’accusé a commis des violences graves qui ont pour objet de briser psychologiquement, de soumettre. Ce dont vous avez entendu parler, ici, pendant trois jours, c’est d’une entreprise de démolition psychologique. La banalisation que l’accusé en fait ne doit pas vous aveugler. Ces enfants n’étaient pas comme il voulait qu’ils soient. Il a voulu les remodeler. Il les a privés de plaisir, de sommeil. Il leur a imposé des séances d’humiliation, il les a attachés… Il a rasé leur crâne."

Elle poursuit : "Ce tyran a érigé des règles insensées. Son objectif : c’était qu’ils se soumettent à ses règles. Les enfants ont été victimes de violences aiguës, avec un caractère déstructurant."

 

"Il n’a aucun recul, aucune empathie"

 

Charlotte Gazzera rappelle que les experts ont vu en lui "une personne égocentrée, handicapée des émotions, qui n’était pas accessible à la souffrance de l’autre. Il y a du sadisme dans ce qu’il a fait. Et pendant trois jours, je n’ai pas entendu de compassion. Il n’a aucun recul, aucune empathie. Il est incapable de se rendre accessible à la souffrance de l’autre. Je suis inquiète parce qu’après deux ans d’incarcération, après avoir vu un psychologue en détention, il n’a toujours rien compris…"

Pour elle, la culpabilité de l’accusé ne fait aucun doute. Elle a requis 15 ans de réclusion criminelle, assortis de trois ans de suivi socio judiciaire.

Me Loïc Cabioch plaide actuellement pour la défense. Le verdict est attendu dans la soirée.

Lire Presse Océan samedi 5 mars 2016

Nantes. [LONG FORMAT ] L’accusé aux assises : « Je ne suis pas un barbare »


 


 

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.