Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Jugés après le braquage d'un commerçant et de sa famille à La Baule

0 06.12.2016 19:31
Le procès doit s'achever vendredi

Le procès doit s'achever vendredi

Photo PO-NB

Trois hommes comparaissent devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Ils ont grandi ensemble, dans le quartier du petit-caporal, à Saint-Nazaire. 

"Mes proches ? Ils ne comprennent pas comment j’ai pu faire ça ».


L’homme de 35 ans qui parle se tient debout dans le box, face à ses jurés, devant la cour d’assises de Loire-Atlantique.

À ses côtés, deux jeunes gens, âgés de 25 ans, sont assis. Ils ont grandi, comme lui, dans le quartier du petit caporal, à Saint-Nazaire. Ils comparaissent tous les trois pour « vol en bande organisée » et « participation à une association de malfaiteurs en vue de la commission d’un crime ».

Lui avait un emploi fixe, plutôt bien payé, une compagne, des enfants et une maison. « Votre situation était stable, alors pourquoi avoir fait cela ? », lui demande la présidente. « Je l’ai fait, oui, puisque je suis là. Et je n’en suis pas fier », répond l’accusé. « Je ne savais pas qu’il y avait des enfants. Je ne pensais pas que ça allait se passer comme ça ».


C’était le 13 juillet 2014. Ce jour-là, trois hommes, encagoulés et lourdement armés, agressent un commerçant de la Baule, chez lui.
Alors que l’artisan part faire le marché, vers 5 h du matin, il est frappé et menacé. L’un des voleurs lance qu’il va « buter les enfants » si le charcutier ne dit pas où se trouve son coffre. Mais il n’a pas de coffre…

À l’étage, l’un des enfants a le temps de passer un coup de fil pour alerter les secours, avant d’être tiré par les cheveux par l’un des malfaiteurs. La compagne du commerçant, elle, est plaquée au sol, pendant que le commerçant est ligoté, les mains dans son dos.


Les policiers arrivent alors que les voleurs prennent la fuite, bredouilles, ou presque. L’un d’entre eux est interpellé sur les lieux. Dans sa fuite, il a laissé tomber un pistolet-mitrailleur chargé, approvisionné, la culasse en position arrière, cartouche prête à être percutée.


Les deux autres seront interpellés dans les semaines suivantes, grâce à des relevés d’empreintes génétiques notamment, par les enquêteurs de la police judiciaire de Nantes. 

Le verdict est attentdu vendredi. 

 

Lire presse océan mercredu 7 décembre 2016

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.