Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Insolite : la belle histoire des sapins Pif gadget enfin exposée

0 11.09.2014 17:35
Vincent Vousin avec "son" sapin Pif à Ruffosses près de Cherbourg, ses parents et ses deux filles.

Vincent Vousin avec "son" sapin Pif à Ruffosses près de Cherbourg, ses parents et ses deux filles.

DR

Une histoire comme il pourrait y'en avoir tant d'autres. Fin 2011, Joël Fauré se rappelle le petit garçon qu'il était à ses 13 ans et décide de créer un blog sur le site Internet de Libération pour retrouver la trace des épicéas offerts avec le magazine Pif gadget en 1975. Il souhaite crééer "une sapineraie du coeur et du souvenir". Nous sommes en 2011.

L'appel de l'ancien petit garçon connait un raisonnement médiatique sans précédent. Comme beaucoup, le Nantais Hervé Marchand, directeur de la 18e Quinzaine photographique qui démarre demain vendredi à Nantes, découvre son initiative via le réseau Facebook. "Je suis allé sur le blog de Libé, et c'est vrai qu'on a les yeux vite embrumés à lire leurs histoires ! Pour certains, c'était leur sapin de Noël ".

L'exposition d'Hervé Marchand, du 12 septembre au 12 octobre, est la première du genre après l'appel lancé par Joël Fauré. Un Joël Fauré qui tient d'ailleurs à rappeler : "C’est à Hervé Marchand, directeur de la Quinzaine Photographique de Nantes, séduit par cette idée de recensement, que l’on doit d’avoir pour la toute première fois une vision très nette de cette forêt vivante". Il conserve toujours en tête l'idée d'agrandir sa forêt géante : "360 000 exemplaires de Pif-Gadget, avec sa petite brindille, ont été écoulés. J'ai mis en terre la mienne. Ce qui veut dire qu'il existe, ailleurs, 359 999 potentiels "sapins"... "

Cette expo, à l'Atelier, s'annonce passionnante au sens humain plus qu'artistique du terme. "Il y a plein de très belles histoires attachées à ces arbres et à ces photos, poursuit Hervé Marchand. Elles ne sont pas forcément tragiques comme celle d'Emmanuel Lattès (lire ci-dessous). Mais il y a très souvent de l'émotion. Quelque part, cela reste un symbole de tout ce qui relie ces vieux gamins, c'est ça qui m'a plu !"

Pour ceux qui voudraient découvrir ces photos d'épicéas, mais surtout les lettres (ou e-mails) qui les accompagnent - elles seront encadrées à côté des clichés - l'exposition est à découvrir à partir de ce vendredi 12 septembre à l'Atelier, 1 rue de Châteaubriant, à Nantes. Joël Fouré, l'instigateur de cette extraordinaire recensement, sera présent à l'Atelier dès 18 h. Ainsi que le lendemain, à la même heure, à l'occasion d'une rencontre-débat.

Lucie Beaupérin

_________________________________________________________________________________________________________

A lire ci-dessous la très belle lettre d'Emmanuel Lattès (ancien lecteur "secret" de Pif Gadget) à Joël Fauré :

"C’est une belle idée le recensement de ces épicéas Pif Gadget, je n’avais jamais entendu parler de cette initiative… et pour tout dire, j’ai les yeux un peu embrumés ce soir, un peu beaucoup même...  Je vais être obligé d’en dire un peu plus. 

Quand j’étais petit, Xavier, mon frangin et moi étions privés de Pif Gadget, en vertu d’une décision paternelle. Dois-je le rappeler, Pif était une création du Parti communiste français et, qu’à la maison, le PC n’était pas en odeur de sainteté contrairement aux coups de pieds au cul et autres calottes dont la vocation était bien sûr de nous donner le goût de l’effort… Avec du recul, je dirais que la méthode est discutable.

Qu’à cela ne tienne, Xavier et moi trouvions souvent des solutions pour obtenir les gadgets de Pif que nos petits copains de manquaient pas de nous faire découvrir. Pour les pois sauteurs, Xavier en avait dégoté un, mais je ne me souviens plus comment. Pour les Artémias salina, j’en avais fait mon affaire, en quémandant quelques œufs à la boutique d’aquariophilie du coin. Pour le sapin, ça avait été bien plus facile. Xavier au cours d’une sortie dominicale dans une forêt solognote, avait dégoté une petite plantule, bien charnue et qui s’est vite retrouvée bien au chaud à la maison dans un petit pot de terre.

Les mois ont passé et ce petit arbre a très vite grandi et il est devenu évident que sa place n’était plus dans ce petit pot au bord de la fenêtre de cet appartement. Xavier pris donc la décision de planter son arbre au fond du jardin de nos grands-parents paternels, à 500 km de chez nous. La réussite fut totale. Chaque année, à la Toussaint nous rendions visite à nos grands-parents et nous pouvions constater que le sapin grandissait à une vitesse phénoménale. Puis le temps a passé et l’avant dernière visite à notre sapin se fit dans la tristesse quand Pépé s’endormit définitivement dans son fauteuil, sa pipe accrochée à sa lèvre comme si de rien n’était. La dernière visite, n’était guère plus joyeuse quand la Mamie a suivi quelques années plus tard. La maison fut vendue avec son beau sapin, roi du jardin, planté par un petit gamin une vingtaine d’années plus tôt. La vie a continué et pour tout dire, j’ai complètement oublié ce bel arbre qui continuait sans doute à grandir seul au fond de son jardin en pente.

Il a fallu qu’à 33 ans Xavier perde son courageux combat contre la maladie pour que je me rappelle de l’arbre qu’il avait planté et qui lui avait probablement survécu. Je ne suis jamais retourné à Decazeville revoir cet arbre même si mon envie était grande. En même temps, ceux qui connaissent Decazeville me comprendront certainement ! Néanmoins je continuais de le savoir en bonne santé car peu d’années après, Google a sorti son service Google Earth. La toute première chose que j’ai cherchée sur ces vues satellitaires, c’était de voir si l’arbre était toujours là ! Les premières images de Google Earth étaient mauvaises, mal définies mais suffisantes pour constater qu’il était toujours là. Tous les deux ou trois ans, je vérifie s’il y a de nouvelles vues, pour lui rendre une visite virtuelle et constater à quel point il est devenu beau et imposant, même vu du ciel !

Ça faisait bien deux ou trois ans que je n’étais pas retourné revoir notre arbre sur Google Earth, alors ce soir en prenant connaissance de ce recensement des épicéas Pif Gadget, je suis allé vérifier si une nouvelle image avait été ajoutée. J’aurais peut-être dû m’abstenir car en lieu et place de notre beau sapin, trône désormais ce qui me parait être une modeste piscine circulaire, de ces modèles à 399 € que l’on trouve en promo chez Lidl…

Merci à vous pour cette belle initiative et longue vie à nos sapins survivants".

Emmanuel LATTES


Lire aussi :

Nantes La Quinzaine Photographique Nantaise démarre ce vendredi


 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.