Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Crash au Mali L'hommage poignant de Nantais à leur collègue disparue

0 30.07.2014 12:28
Jacques Floch, président de l'Auran, entouré de Philippe Guillotin (directeur) et de Thierry Violland (ancien directeur).

Jacques Floch, président de l'Auran, entouré de Philippe Guillotin (directeur) et de Thierry Violland (ancien directeur).

Photo PO

Sa photographie est affichée dans l'espace où se trouve la machine à café de l'Agence d'urbanisme de la région nantaise (Auran), à côté du numéro de téléphone d'une cellule psychologique, à appeler si le besoin s'en fait ressentir. Chargée de mission au sein de l'agence, Maryse L'Heureux, 48 ans, est l'une des 118 personnes ayant pris place à bord de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali, peu de temps après avoir décollé du Burkina Faso.

Elle et son compagnon, Seidou Ouedraogo, leurs quatre enfants ainsi qu'un neveu ont péri dans la catastrophe aérienne (nos éditions des 25 et 26 juillet). La famille était domiciliée à Rouans, dans le pays de Retz, où se tiendra une marche silencieuse dimanche matin.

"On a appris la nouvelle en lisant la presse vendredi matin, confie Philippe Guillotin, directeur de l'Auran. Dans ces moments-là, on se dit que ce n'est pas vrai, que ce n'est pas possible... Les informations nous sont arrivées par bribes. On a eu la confirmation que notre collègue se trouvait bien sur ce vol en fin de matinée. Cela a été très difficile, on était tous sonnés."

Maryse L'Heureux a participé à de nombreuses études sur la circulation et les transports, réalisant de nombreuses cartes concernant les déplacements dans l'agglomération nantaise et le département de Loire-Atlantique. "Elle travaillait à l'Auran depuis 22 ans, détaille Jacques Floch, président. Elle était estimée de tous, bosseuse, et très discrète. Ce n'était pas le genre à se faire mousser."

"A l'époque où j'étais directeur, abonde Thierry Violland, je me souviens que lors d'un entretien, elle m'avait dit que son travail lui plaisait énormément, que c'était très important pour elle. Elle avait aussi indiqué que la préservation de son équilibre familial, sa vie personnelle étaient primordiales à ses yeux. Sa famille, c'était extrêmement important."

"Dans une petite boutique comme la nôtre, une disparition aussi tragique, c'est lourd à porter, reprend Jacques Floch. Il y a beaucoup de tristesse. Heureusement, on reçoit beaucoup de témoignages de soutien."

Les trois hommes participeront dimanche à la marche silencieuse à Rouans.

Plus d'informations ce jeudi dans Presse Océan.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.