Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes La fille cachée de l'ancien joueur de football Marcel Desailly

0 26.06.2014 18:59
"ce n’est pas parce qu’il ne s’est pas soumis à ces tests qu’il est le père" justifie son avocat.

"ce n’est pas parce qu’il ne s’est pas soumis à ces tests qu’il est le père" justifie son avocat.

Archives PO/NATHALIE BOURREAU

Le TGI de Toulon a répondu favorablement hier à la demande de reconnaissance en paternité introduite par une jeune femme de 23 ans à l’encontre de l’ex-international français de football Marcel Desailly. La justice a ainsi ordonné qu’Aïda Mendy, 23 ans, puisse porter désormais le nom de Desailly, qui devra être transcrit au registre de l’Etat civil. 

Pour le tribunal, Marcel Desailly, en refusant de se soumettre à un test génétique, a fait « un aveu de paternité ». L’ancien champion du monde, qui réside à Nantes, a en effet refusé à quatre reprises de se soumettre à un tel test, demandé par le tribunal depuis 2012. Un refus justifié par son avocat, Me Michel Pautot : « Marcel Desailly conteste être le père et ce n’est pas parce qu’il ne s’est pas soumis à ces tests qu’il est le père. Il n’y a de surcroît aucune preuve de relation intime entre lui et Mme Mendy, pas de photo, pas de correspondance, pas de cadeau… ».

Aïda Mendy, 23 ans, résidant à La Seyne-sur-mer (Var), en formation d’esthéticienne, « va enfin pouvoir s’appeler Aïda Desailly. Je suis ravi » a commenté son avocat, Me Frédéric Casanova. « Cela met un terme à 23 années de souffrance. C’est le triomphe du droit sur l’hypocrisie. Il a échappé à la génétique, il n’a pas réussi à échapper à ses juges ».

Plus d'informations dans Presse Océan du vendredi 27 juin (à télécharger ici).

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.