Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Le banquier véreux condamné à 30 mois de prison

0 15.10.2015 15:43
La décision du tribunal correctionnel de Nantes est tombée ce jeudi.

La décision du tribunal correctionnel de Nantes est tombée ce jeudi.

Photo archives Presse Océan - RC

L'ex-chef d'agence de banque est reconnu coupable d'avoir détourné près de 300 000 €. Ses tours de passe-passe lui avaient notamment permis d'acquérir deux appartements au préjudice de clientes. Le tribunal correctionnel de Nantes l'a condamné, ce jeudi après-midi, à 30 mois de prison dont 15 assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve pendant 3 ans.

Il reconnaît une « bêtise ». S'excuse, regrette, veut mettre un terme à son « calvaire » et à celui de ses victimes. Cet ancien banquier âgé de 40 ans comparaissait le 3 septembre à la barre du tribunal correctionnel de Nantes. Poursuivi pour avoir escroqué son employeur et trois de ses clientes. Des dames plutôt âgées et vivant seules.

Quand la Caisse d'Épargne a découvert le pot aux roses, en 2009, le préjudice avoisinait déjà les 300 000 €. Le responsable de l'agence de Pirmil était alors aux abois. Miné par une acquisition immobilière « foireuse » et une séparation sentimentale. « Tout est arrivé en même temps. Je n'avais plus de toit. Je n'ai pas su gérer la pression. Dans ma tête, cela ne suivait plus. » Pour financer les travaux dans sa maison, le banquier commence par ouvrir un compte sous une fausse identité. Puis il incite des clientes à vendre leurs portefeuilles de titres, signe les documents à leur place, vire l'argent sur ses comptes et bidouille informatique et relevés bancaires pour masquer les transactions.

Grâce à ses tours de passe-passe, le banquier signe des chèques pour des artisans, achète une Audi et surtout deux appartements à Nantes. Le ministère public parle de modes opératoires « complexes », « froidement étudiés ». L'oeuvre d'un « professionnel de l'escroquerie » selon une des parties civiles. La défense, elle, évoque les actes d'un homme, « alors sans casier judiciaire », « englué dans ses mensonges » dont « la vie est dévastée ». Le Trésor Public lui réclame plus de 500 000 € d'impôt sur les sommes détournées. « Pour lui la sanction est déjà tombée », plaide l'avocat de la défense en réponse aux réquisitions du procureur : 30 mois de prison dont 15 ferme.

Le tribunal a donc suivi le représentant du ministère public. L'ex-banquier, devenu téléconseiller en assurances, devra rembourser les parties civiles. Il a interdiction définitive d'exercer une activité bancaire ou impliquant le maniement de fonds.

R.C.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.