Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Le mercredi c'est permis : "La toile s'enflamme"

0 17.06.2015 09:04
  • Par internet, le monde entier s'est mis à l'heure nantaise. Photo PO-OL

    Par internet, le monde entier s'est mis à l'heure nantaise. Photo PO-OL

  • Par internet, le monde entier s'est mis à l'heure nantaise. Photo PO-OL

    Par internet, le monde entier s'est mis à l'heure nantaise. Photo PO-OL

Chaque mercredi, un journaliste de la rédaction livre son point de vue sur l'actualité nantaise.

Les temps changent.

Quand la toiture de la cathédrale a brûlé en 1972, l'impact de l'incendie n'a pas dépassé l'Hexagone. Puis, les réseaux internet sont arrivés voilà 20 ans. Lundi, les Nantais ont pu mesurer l'ampleur de la vague médiatique d'une étincelle. Comme le battement d'ailes d'un papillon, l'incendie de la basilique Saint-Donatien a attisé la curiosité du globe. En une journée, notre site a attiré plus de 50 000 visiteurs. 211 « breaking news », ont enflammé la toile: du Monde à The Independant en passant par « sputniknews » et « la France des clochers »... Le souffle a même atteint la Thaïlande où on a lu que « le toit d'un vieux temple était détruit par le feu ».

Le tsunami a été plus fort sur les réseaux sociaux. Chacun y est allé de son commentaire plus ou moins heureux. Le ministre de l'Intérieur s'est fendu d'un texte. Jean-Marc Ayrault a fait part de ses « pensées émues ». Le journaliste nantais Pascal Praud s'est souvenu de ses déambulations. Un prêtre éloigné s'est rappelé son passé. Des esprits chagrins ont interprété ce drame comme « le symbole d'un pays qui roule vers l'abîme ». Et 5 484 internautes ont signé l'appel solidaire lancé sur une page Facebook.

C'est l'effet papillon du web : une flamme et des cendres qui s'envolent !

J.-D. Fresneau

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.