Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le phénomène "spotted" débarque à Nantes

3 14.02.2013 10:20
Nantes. Le phénomène "spotted" débarque à Nantes

Nantes. Le phénomène "spotted" débarque à Nantes

Capture d'écran page "Spotted : Nantes"

De plus en plus de villes et universités françaises ont une page "Spotted". Nantes ne fait pas exception.

"Spotted Nantes", "Spotted Tan"… Sur Facebook on n’arrête plus la multiplication des pages "Spotted". En leur sein : des centaines de messages, principalement des déclarations d’amour anonymes adressées à des personnes dont le nom est tu, mais dont la description doit permettre à ces dernières de se reconnaître. Des personnes connues ou juste "repérées" (traduction de « spotted ») par des amoureux transis.

Ce phénomène est récent en France, puisqu’il est arrivé en janvier dernier. Il a été principalement initié par Erwin de Saint-Légier, un Parisien de 20 ans, étudiant en droit. "Ma copine qui est Allemande m’avait parlé de la page Spotted de son université, explique le jeune homme. Elle avait récolté 10 000 « j’aime » en trois jours. Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de le développer en France."

En deux jours, le couple a créé 100 pages Spotted à travers toute la France. Le phénomène a pris une si grande ampleur que Erwin se retrouve dépassé. "Ca fait un mois que nos pages sont lancées et on craque déjà. On reçoit environ un message toutes les cinq minutes."

Un garçon dans le tramway, la serveuse d’un café, un passant place du Commerce… Les Nantais et Nantaises sont nombreux à avoir une déclaration qui leur est adressée sur la page "Spotted : Nantes". Cette dernière commence à être connue puisqu’elle compte déjà près de 5 500 "j’aime".

L’université de Nantes a aussi ses sentimentaux. Elle a fêté son centième message publié ce mercredi. "Il à Elle", "Elle à Lui" , "Il à Il" ou "Elle à Elle", ils ont été "repérés" dans l’amphithéâtre ou la bibliothèque universitaire. Poèmes enflammés ou courts textes descriptifs, à chacun sa méthode pour se livrer.

Les dérives "Spotted"

À peine arrivé en France, le phénomène "Spotted" est détourné pour devenir un moyen de déverser des propos haineux. Ainsi des pages "Spotted injures" sont apparues sur la toile.

La plus "aimée" est celle de Montpellier avec un peu moins de 1 000 "like". "Vous vous êtes battus l’autre soir ? Vous voulez retrouver cette personne ? Vous détestez une personne et vous voulez qu’elle le sache sans savoir qui vous êtes ? Envoyez vos messages" a écrit l’administrateur de la page. 

Fanny Bonjean et Mickaël Haton

Plus d'informations à lire ce jeudi dans Presse Océan.

Commentaires (3)

Je comprends pourquoi mon ordinateur Bug!
Gilbert de Mont... jeu, 14/02/2013 - 15:01

Encore des corbeaux du feuilleton anonyme Hitchcock de quelle leçon de morale!

Fanny Bonjean et Mickaël Haton .... en spotted de st Valentin?

La franchise de la signature! Un spotted:

Tu avais des yeux bleus comme des océans qui donnaient à ton corps de baleine tout le sel de l'ancre d' Amour dansant " unchained Mélody". A en faire chialer de jalousie, le mimétisme de lafleur du sel de Guerande cocu. Tu étais assise sur les deux sièges du car de la Tan Bourré d'ivrognes. Je suis venu à ton secours quand le contrôleur te demandais deux tickets sans contrôler les poivrots de ton chagrin! Le contrôleur a admis l'échange , du fait que je suis cul de jatte et que mon ticket est à prix réduit. C'est vrai la dernière fois que j'ai sauté , j''avais une mauvaise mine.

Spotted, lâcheté et petites annonces…
philippe P (non vérifié) jeu, 14/02/2013 - 18:20

En réponse à Gilbert de Montplaisir - Je comprends pourquoi mon ordinateur Bug!

Une nouvelle voie ouverte à tout et n'importe quoi.
"Magalie, tu étais mon amour secrèt en cette année 1971, dans l'enceinte de la prestigieuse maternelle Castelbriantaise. Si tu lis ce message répond-moi."
"Toi le gros lourdingue que je détestais mais qui me faisais peur, je te hais et tu puais."
Voilà mes exemples plus ou moins ironiques, mais la réalité dépassera la (ma) fiction.
Comme je le dis souvent, mais cela reste mon point de vue personnel, les réseaux sociaux sont nauséabonds.
Un truc rigolo dans des diners "hautains". Quand les protagonistes se vantent; "moi j'ai fait HEC" - "moi SUP de CO" (…)
Moi de répondre : "et moi j'ai fait EPH."
Ca passe inaperçu jusqu'au moment où l'un d'entre eux vous interpelle discrètement : "heu, c'est quoi EPH?"
" Ben c'est l'Ecole Primaire du Havre".
Ha! Ha! Ha!
Ton post Gilbert, est très bon et le coup de la mauvaise mine est une chute excellente.
Amitiés

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.