Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Le texte de la dictée Jules Verne

0 28.10.2015 17:39
Charlotte, 19 ans,  et Fanny, 18 ans, n'ont pas craint de franchir les ponts de la langue française. Photo PO-JDF

Charlotte, 19 ans, et Fanny, 18 ans, n'ont pas craint de franchir les ponts de la langue française. Photo PO-JDF

Cent grammairiens nantais ont participé hier à la onzième dictée Jules Verne sous la férule de Jean-Pierre Colignon.

Cette dictée compliquée a salué les talents, chez les jeunes, de Dominique Abbas (premier avec 10 fautes), Laodicée Rousseau, Marianne Deschamps et Kylian Laurent, chez les adultes de Guy Deschamps (premier avec 4 ? fautes), Cécile Patey (6 fautes), Marie-Jeanne Raynard (8 fautes), Jean-Paul Gautier (8 ? fautes) et Michelle Preault (9 fautes).

Il faut dire que le texte n'était pas simple. Il était titré « L'amer de Saint-Nazaire ». Le voici.

De Saint-Brevin-les-Pins à Saint-Nazaire, depuis quarante ans, un fameux pont étire ses trois mille

quatre cents mètres au service, entre autres, des Ligériens. Chaque jour, des milliers de véhicules franchissent

ainsi la Loire, du sud au nord comme du nord au sud, qu'il s'agisse de limousines scintillantes dernier cri,

d'une Audi mate, d'une Fiat luxe, ou de guimbardes tintinnabulantes appartenant, fût-ce au prix de quelques

sacrifices, à des passionnés des vieilles bagnoles.

Un chroniqueur censé être expert ès mathématiques a calculé que le total de l'armature en acier, du

tablier métallique, des haubans au travers desquels crisse l'air, etc., était de l'ordre de dix-sept mille tonnes,

soit, selon lui, l'équivalent du poids de tous les Nantais. Compte tenu du nombre d'habitants de la cité des

Ducs donné par les dictionnaires de référence usuels, la moyenne situerait lesdits Nantais dans la catégorie

des poids plume, pour ainsi dire des jockeys, ce qui est étonnant ! Voire carrément suffocant et esbroufant...

Faudrait-il croire que les Nantaises seraient particulièrement des femmes légères !? Ou bien que, de crainte

de mettre en péril, par un embonpoint désastreux, ce mythique pont ? telle une certaine passerelle parisienne

menacée d'effondrement sous le poids des cadenas que d'aucuns se sont indûment ingéniés à fixer à ses

parapets ?, les Nantais auraient tous le complexe d'adipeux ? Auquel cas l'art des mets se résumerait alors

pour eux, à dessein, à la sagesse des rations et à la portion congrue de moules marinière. Aucune flambée

de crises de neurasthénie n'ayant été signalée, cette dernière prémisse est à rejeter ! On penchera donc pour

une « légère » erreur de l'algébriste amateur...

Le tirant d'air de cet ouvrage d'art permet le passage de la quasi-totalité des plus gros porte-conteneurs

mondiaux, des plus grands pétroliers, dont les mazouteurs si ternes sempiternellement gris anthracite. Le

sommet de ses gigantesques pylônes encadrant la portée centrale est, sans aucun doute, hors de vue des

mulets, des soles, des bars et des rares éperlans que traquent les nombreux pêcheurs locaux. Ces derniers

déplorant, par ailleurs, ce qu'ils appellent le « désert des gobies », du fait de la disparition de ces petits poissons

du littoral atlantique.

L'envolée belle de ce plus long pont de France évite d'en faire une porte... Bien au contraire, c'est une superbe

arche d'accueil pour les navires et marins arrivant du large, l'amer sublime de Saint-Nazaire, et c'est un arc

de triomphe saluant les bateaux et équipages quittant l'estuaire, un cintre de théâtre où l'on aurait remonté le

rideau pour laisser place au spectacle vivant.

Sur le net

Le texte complet de la dictée Jules Verne est à lire sur notre site

presseocean.fr

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.