Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Un millier d'infirmiers manifestent leur ras-le-bol dans la rue

0 08.11.2016 11:31
  • Photo PO-Nathalie Bourreau

    Une partie du cortège s'est rendue à l'Agence régionale de santé

  • PO/CT

    Les infirmiers à Nantes aujourd'hui : "Il y a une grosse lassitude."

  • Photo PO-Nathalie Bourreau

    La statue de Charles de Gaulle déguisée.

  • Photo PO-NB

    Les manifestants parlent de "conditions de travail dégradées"

  • Photo PO-C.Tréman

    Des infirmières, en poste depuis cinq ans, pensent se reconvertir face aux conditions de travail trop rudes.

  • Un millier d'infirmiers (eres) dans les rues de Nantes

    Un millier d'infirmiers (eres) dans les rues de Nantes

Les infirmiers sont nombreux à avoir répondu ce mardi matin à l'appel unitaire des syndicats pour manifester leur colère. Ils traversaient à 11h15 l'arrêt Commerce, perturbant la circulation des trams.

Rassemblement a été donné à 10 h hôtel Dieu, devant le CHU de Nantes. Le cortège des manifestants a démarré à 10h45, en marche vers la préfecture. Aux dires des syndicats, pareil rassemblement unitaire "n'avait pas eu lieu depuis 25 ans".

Les infirmiers, à bout, réclament principalement de meilleures conditions de travail et des renforts. Cela fait plusieurs mois que les grèves se succèdent dans les services, notamment aux urgences de Nantes. On rencontre aussi parmi les manifestants des infirmières libérales, des infirmiers d'autres hôpitaux publics ou de cliniques privées. 

Malgré cela, des restrictions budgétaires sont annoncées partout par l'ARS et la pillule a du mal à passer. "Il y a une grosse lassitude. Cela fait cinq ans qu'on fait ce métier et on pense déjà à notre reconversion tellement c'est difficile", témoignent de jeunes infirmières au sein de la manifestation.

Certains évoquent les suicides d'infirmières qui ont eu lieu cet été en France. D'autres manifestants avancent que "les patients sont en danger".

(Mise à jour à 11h45) Les infirmiers n'ont finalement pas été reçus en préfecture au motif que chaque syndicat souhaitait avoir au moins trois représentants présents. Les manifestants ont donc décidé de se rendre à l'Agence régionale de santé (ARS) par la rue de Strasbourg, une étape qui n'était pas prévue sur le parcours initial.

Plus d'informations à lire dans Presse Océan du mercredi 9 novembre.

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.