Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes L'escroc aimait trop l'uniforme et sa maîtresse

0 10.10.2015 10:21
Louis Cognel, photographié ici en 1908

Louis Cognel, photographié ici en 1908

Collection privée

Le 30 avril 1911, le tribunal correctionnel de Deauville (Calvados) condamnait Louis Cognel à une peine de 6 ans de prison. Ce Nantais se faisait passer pour un administrateur colonial et avait escroqué une foule de gens.

 

Il est arrivé à Deauville l'été 1911, sous le nom de Durand de Bellefonds, accompagné de deux complices, de Mme Tanaisie et sa fille Madeleine. Portant beau dans son uniforme brodé d'or rehaussé d'une Légion d'honneur, il loge dans l'un des plus beaux hôtels de la station balnéaire et fait même héberger deux chevaux à la gendarmerie. Il faut dire que l'homme n'arrive pas les mains vides. Il a pour projet d'ouvrir un sanatorium. Les fournisseurs soucieux de savoir s'ils peuvent lui faire confiance sont vite rassurés par le commissaire de police qui répond avoir les meilleurs renseignements.

Mais ce dernier se ravise quelque temps après. L'homme se fait adresser, à l'hôtel, du courrier sous différentes identités. Et il a gagé au Mont-de-Piété deux bagues et deux caleçons !

Entre-temps, l'escroc a filé à Granville (Manche) où son uniforme et son aisance ont raison des réticences. Et de nombreuses victimes tomberont encore dans son escarcelle.

« Un dégénéré »

À son procès, son avocat, Me Grandcollot, le décrit comme « un dégénéré, atteint de la manie des costumes et des grandeurs et d'une folle passion pour Madeleine Tanaisie qui explique ses projets déraisonnables », relate le Figaro du 1er mai 1912.

 

Lire dans Presse Océan du dimanche 11 octobre 2015

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.