Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Ligne Nantes-Rennes : La Fnaut s'interroge sur les projets de la SNCF

2 05.12.2016 12:18
Xavier Boussion

Xavier Boussion

La SNCF rouvre une consultation sur le projet LNOBPL (Lignes Nouvelles Ouest-Bretagne-Pays de la Loire), qui concerne les liaisons entre la pointe bretonne et une nouvelle liaison entre les deux métropoles Rennes et Nantes. L'association régionale des usagers des transports craint pour la ligne ferroviaire Rennes-Châteaubriant.

"Entre deux métropoles dynamiques, où les besoins de transport sont divers, il serait inconcevable qu’on laisse mourir cette liaison de proximité."

Pour l'association régionale des usagers des transports, la Fnaut, cette consultation n'est pas forcément une bonne nouvelle.

Si elle "salue quelques progrès, dont la prise en compte de la ligne actuelle Quimper Brest, ce qui permettrait de développer les liaisons entre Nantes et Brest", elle craint que cette réouverture du débat ne signifie plutôt un report "de plusieurs décennies" de la ligne Nantes-Rennes, malgré une ouverture officielle annoncée en 2030" . Car "l'endettement du système ferroviaire, le manque de volonté politique, la faiblesse persistante de la fiscalité écologique, retardent les nouveaux projets".

Urgence

Par ailleurs, "l’amélioration des liaisons entre Nantes et Rennes est toujours urgente. Le fer, le mode de transport le plus écologique, n’y assure que 5% des déplacements, du fait de la dispersion des activités et des urbanisations, mais aussi de la contrainte du passage près de Redon et de l’inexploitation de la ligne directe", rappelle la Fnaut.

Nantes-Châteaubriant : deux régions qui s'ignorent

"La voie ferrée Nantes Châteaubriant Rennes, liaison existante la plus courte, est tronçonnée à Châteaubriant par deux systèmes d’exploitation et de billetterie différents, par deux régions qui s’ignorent. Cette voie qui assure des dessertes périurbaines, ne peut assurer des liaisons intermétropoles très rapides, mais peut répondre à des besoins concrets. Les habitants des banlieues proches, des communes intermédiaires ne souhaitent pas passer par les grandes gares métropolitaines et doivent pouvoir utiliser cette ligne pour se rendre dans « l’autre » métropole, banlieue ou centre, en moins de temps et à moindre prix".

Billetterie commune ?

La réfection de la voie envisagée, mais discutée, entre Rennes et Châteaubriant doit s’intégrer dans un programme plus ambitieux et comprendre à court terme plusieurs possibilités de correspondances et une billetterie commune.

Il est nécessaire de réunifier l’exploitation malgré la présence des de systèmes régionaux, de créer des trains plus rapides entre Rennes et la banlieue nantaise (Haluchère ?), où les usagers auraient accès au tram-train et au réseau urbain. Au-delà, les contraintes techniques bloqueraient l’arrivée des TER en gare de Nantes.

Ces perspectives seraient une nécessité pour bon nombre d'usagers dont la Fnaut se fait le porte-parole. Et ce "alors qu’on projette une liaison dédiée aux liaisons rapides de centre à centre, et aux liaisons longue distance (comme Bordeaux Nantes Rennes proposée par le dernier rapport sur les Intercités), mais sans desserte des territoires intermédiaires". 

Commentaires (2)

Rien ne changera
Foulques Deletang lun, 05/12/2016 - 21:25

Un nouvel NDDL? Ce 'nouveau' projet commence à dater; après la réalisation de la virgule de Sablé qui permettra de relier Rennes, Laval, Le Mans, Angers et Nantes, il n'a plus d'objet. Quand, en outre, les liaisons Macron ont été constituées dans tous les sens entre métropoles concurrençant des liaisons ferroviaires déjà non amortissables, on voit mal comment ce machin obsolète pourrait voir le jour! J'imagine que la CGT SNCF est derrière, je n'ai pas d'autre explication. En plus, la région Bretagne a choisi de rester isolée en refusant son absorption par les Pays de Loire, la seule solution pouvant soutenir un projet générateur de pertes colossales ne pouvait être que politique mais avec les braillements des idiotitaires diwan, rien n'est possible. La Bretagne reste le bout du monde et rien ne changera.

A l'image de nos élus et politiques
pelin lun, 05/12/2016 - 16:22

Bravo à la Fnaut, malheureusement il n'y auras pas d'oreilles attentives de nos élus sur ce type de dossier. C'est trop évident, pas assez ambitieux ou mégalo? il faut tirer la couverture à sois, prêcher pour son clocher, l'argent public manque mais nos décideurs sont incapables de faire preuve de bon sens. Les lignes TGV ne sont pas rentables selon la cour des comptes mais on s'en fout, chacun veux poser sa pyramide du Louvre! Les salariés qui vont au boulot tout les matins ont besoins d'alternative fiable et abordable, de TER plus que de TGV. Quant a la coopération inter-régions elle n'existe pas au delà des beaux discours. Seules les Métropoles jouent leurs partitions au détriment des banlieues et des territoires ruraux. Allez donc faire un tour à la gare de Châteaubriant, les tram train électrifier s'arrête en façe des vieux train diesel Rennais, séparer par 4 m de quai en béton, hallucinante "coopération".
Combien de personnes bossent vraiment en plein centre ville de Nantes ou Rennes? La plupart des emplois sont en périphérie, banlieue, le parents pauvre des transport en commun, c'est aberrant, à l'image des périphériques de ces deux villes.
En Loire atlantique, les Tram Train ne sont pas coordonnées pour faire des Trajets Nord-Sud, leur terminus d'un côté ou de l'autre, c'est la gare de Nantes! Je ne suis pas un bobo je ne travaille pas en centre ville de Nantes! Et après ça va pleurer et parler d'incompréhension du vote des électeurs au prochaine élection, navrant...

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.