Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes métropole Les fleurs font un pied de nez à l'hiver

0 23.02.2016 21:12
  • Photo PO-Romain Boulanger

    Le parc de la Gaudinière tout fleuri

  • Le botaniste devant les vipérines des Canaries déjà en fleurs. PO-ST

    Le botaniste devant les vipérines des Canaries déjà en fleurs. PO-ST

Dans les parcs et jardins nantais, les fleurs n'ont pas attendu le printemps et amusent les botanistes. Elles n'ont pas quitté le jardin des Plantes de l'hiver. Les pâquerettes qui parsèment les verdoyantes pelouses réservées aux petits oiseaux font sourire Philippe Férard. Voilà plus d'un mois que ça sent le printemps dans les allées du parc. Le botaniste de la ville de Nantes s'amuse à en pointer les signes : là des pissenlits, qu'on observe d'ordinaire qu'en mars, ici des jonquilles, iris, primevères ou pensées... « Cette année, en raison de l'absence de froid, nombre de plantes ont continué à fleurir ou pris un à deux mois d'avance dans leur floraison. Chez les espèces sauvages, les muscaris, saules et aulnes sont très précoces. »

Du côté des plantes exotiques, les magnolias et camélias ont deux mois d'avance. « Dans notre carré dédié à la flore des Canaries, même les vipérines sont en fleurs ! »

Le parc de la Gaudinière tout fleuri

Réputé pour ses bulbes, le jardin paysager de la Gaudinière, au Pont du Cens, est un « parc printanier ». Sauf que cette année, jacinthes, perce-neiges, narcisses sont plus précoces. « Il y a quinze jours à trois semaines d’avance. C’est surtout dû au redoux de décembre », indique Arnaud Bothorel, responsable du parc nantais, devant une des variétés de narcisses. « C’est dès à présent et jusqu’à la fin mars que le public peut venir voir la floraison. D’autant qu’avec l’hiver doux, elle sera plus courte que les autres années".

La nature en avance

La nature en avance peut avoir des conséquences sur la pollinisation. A la maison du bananier à Couëron, Julien Bernard observe. Sans réelles inquiétudes pour l'instant. "On voit que les fleurs sont précoces mais les pollinisateurs ne sont pas là".

Plus d'informations dans les deux pages à lire dans Presse Océan du mercredi 24 février (toutes éditions)


Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.