Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Meurtre de Marion : l'accusé refuse de comparaître… puis vient

0 09.11.2016 11:56
Le procès de Yannick Luende Bothelo est prévu jusqu'au 18 novembre.

Le procès de Yannick Luende Bothelo est prévu jusqu'au 18 novembre.

Photo Presse Océan - Nathalie Bourreau

Au deuxième jour du procès devant les assises de Loire-Atlantique du violeur et meurtrier présumé de Marion, 14 ans, tuée de plus de 60 coups de couteau en mars 2012 à Bouguenais, l'accusé refuse de comparaître. Ce mercredi matin, Yannick Luende Bothelo n'a pas voulu être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de Nantes.

Dans une lettre adressée à la cour, il évoque un "problème de santé" qui le "fatigue", des "démangeaisons" et "ces voix qui me torturent le cerveau". Il assure en revanche qu'il sera bien présent demain à l'audience.

La présidente de la cour d'assises a ordonné la réquisition d'un huissier afin qu'il se rende à la maison d'arrêt pour remettre à l'accusé une sommation à comparaître. En attendant, l'audience est suspendue.

Cet après-midi, les experts psychiatres sont attendus à la barre. Tous ne s'accordent pas sur la question de la responsabilité pénale de Yannick Luende Bothelo qui dit avoir agi en réponse à une mission divine.

Hier, pour l'ouverture de son procès, l'accusé avait refusé de répondre aux questions de la cour et des avocats.

Réactualisation à midi :

Finalement, l'accusé accepte de comparaître. Il fait son entrée dans le box de la cour d'assises. A l'huissier venu lui assigner sa sommation à comparaître, il a répondu : "Je suis vraiment obligé ? Alors je viens." L'audience reprend avec trois heures de retard.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.