Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Meurtre de Romain Barré : la complice présumée reste en prison

0 28.10.2016 12:32
Romain Barré avait été jeté en Loire depuis le quai Wilson, après avoir été étranglé.

Romain Barré avait été jeté en Loire depuis le quai Wilson, après avoir été étranglé.

Photo archives Presse Océan - Nathalie Bourreau

La cour d'appel de Rennes a rendu sa décision ce vendredi matin : la jeune femme de 18 ans, mise en examen pour complicité de meurtre aggravé dans le cadre de l'affaire Romain Barré, reste en prison. Sa demande de remise en liberté, examinée jeudi matin devant la chambre de l'instruction, a été rejetée. La jeune femme est en détention provisoire depuis le 9 octobre.

Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2016, à Nantes, un homme de 19 ans et un mineur de 16 ans ont avoué avoir étranglé puis jeté dans la Loire Romain Barré, un agent immobilier de 38 ans, pour, disent-ils, "effacer les traces" d'un simple vol à la roulotte. La jeune femme mise en examen est la petite amie du majeur, qu'elle avait rencontré au début de l'été, à Paris. Totalement inconnue de la justice jusque-là, elle était présente sur le quai de l'île de Nantes quand les deux meurtriers présumés ont jeté leur victime à l'eau. Elle réfute avoir vu qu'ils se débarrassaient d'un homme.

"La confirmation de l'ordonnance de placement en détention ne fait pas d'elle la complice du meurtre, précise l'avocat de la jeune femme, Me Olivier Renard. Elle résulte davantage du possible trouble à l'ordre public et de l'émoi générés par cette affaire. Trouble qui a d'ailleurs pu être alimenté par les propos tenus jeudi à l'audience."  L'avocat général a en effet mis au jour des éléments jusqu'ici tenus au secret : à savoir que les deux présumés meurtriers disent avoir entendu leur victime respirer en la sortant du coffre de sa Peugeot 207. Ce qui voudrait dire que Romain Barré a été jeté vivant en Loire. Des déclarations en garde à vue qu'aucune investigation scientifique n'a, pour l'heure, pu confirmer.

Plus d'informations à lire dans les éditions de Presse Océan de ce vendredi 28 octobre 2016 et demain, samedi 29 octobre 2016.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.