Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Panne sur une motrice de TGV hier soir : trois longues heures d'attente

0 11.07.2014 11:18
Vers 21 h15, les voyageurs peuvent enfin changer de train et sortent en pleine campagne.

Vers 21 h15, les voyageurs peuvent enfin changer de train et sortent en pleine campagne.

Photo Fatima Laarabi

Jeudi, le TGV de 17 h 20 Paris-Nantes est parti à l’heure. « Cela faisait à peine 10 minutes que nous étions partis de Montparnasse quand on a vu des flashs dans le wagon. On a entendu un gros bruit, comme une explosion. Le train s’est arrêté au niveau du premier tunnel. Ils ont vérifié tous les wagons un à un, puis nous sommes repartis. Et vers 18 h, ça a recommencé. C’est là qu’ils ont décidé de complètement stopper le train ». Fatima Laaribi, Nantaise de 40 ans, qui prend le train chaque semaine pour son travail, n’avait encore jamais vu cela.

Il faisait chaud jeudi soir et le plus difficile à supporter dans ce train bondé - « même les strapontins étaient occupés en première classe » - a été l’attente. Elle a d’abord duré deux heures et demi. « Ils nous ont expliqué que notre train était hors-service à cause d’un problème de motrice ».

Des agents de la SNCF, y compris parmi les voyageurs, ont été réquisitionnés. « On était bloqué en pleine campagne, à 20 km de Paris, l’électricité ne fonctionnait plus, il n’y avait plus de clim’et on étouffait. Alors ils ont ouvert les portes de certains wagons et ont mis des agents devant pour empêcher les gens de sortir. Tout le monde se pressait près des portes pour trouver de l’air. On n’était pas autorisé à ouvrir les fenêtres pour des raisons de sécurité. C’est ce qu’ils ont dit ».

Dans le wagon de Fatima, à l’exception d’un monsieur très énervé, chacun a pris son mal en patience. Vers 20 h 35, le train les a poussés vers un quai afin d’effectuer en plein champ le changement de voiture. Cette dernière ne repartira vers Paris qu’à 21 h 40, le temps de sauter dans le train de 22 h à destination de Nantes. Lequel a fini par arriver en gare autour de minuit. Des taxis et des cars ont été mis à disposition des voyageurs pour les correspondances. « Heureusement, ils nous ont remboursés intégralement nos billets », conclut la voyageuse qui se souviendra longtemps de ce contretemps.

Lucie Beaupérin

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.