Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Folle Journée : des groupes hip-hop revisitent des morceaux classiques

0 01.02.2016 09:28
Philippe Chmura, directeur du centre Bellevue, encadre les jeunes

Philippe Chmura, directeur du centre Bellevue, encadre les jeunes

Photo Romain Boulanger

La Folle Journée, ce sont aussi les transcriptions où comment les jeunes s’approprient des titres classiques. Animateur sur les projets culturels et la vie de quartier du centre culturel de Bellevue, Philippe Chmura connaît bien la chanson. Rencontre.

« On souffle notre dixième bougie », sourit ce grand blond que l’on a connu, voilà plus de trois décennies en arrière, comme batteur dans un groupe rock nantais, Black Sun. Depuis, il est devenu papa et ses propres enfants ont aussi participé à ces « transcriptions », qu’il couve et encadre d’un œil ému. Cette géniale idée permet aux jeunes artistes de revisiter des morceaux de musique classique à leur sauce. Autrement dit en hip hop, musique psychédélique, funk, rock ou métal. « Au départ, tout est parti de la maison de quartier de Doulon dirigée par Nicolas Etourneau », explique le musicien. « Le projet a vite rencontré du succès et l’ensemble des locaux musique, soit cinq locaux dépendant de l’Accoord, s’est fédéré». Chaque année, ce sont entre six et neuf groupes qui tentent l’aventure de la Folle Journée, l’objectif principal étant d’élaborer un morceau ou un « medley » suivant le thème de l’événement. 

« L’atelier s’est ouvert », rappelle également Nicolas Etourneau. « Des groupes sont venus d’autres quartiers participer à cette aventure puis le conservatoire aussi (voir ci-contre) avec une classe de musiques actuelles. Il y a vraiment une dimension collective. Les jeunes répètent mais viennent aussi écouter les autres musiciens, parfois, ils font des bœufs ensemble, ça crée des liens. Il y a une vraie ouverture culturelle, on défend ce projet, cet esprit ».
Trois mois de répétitions
Les répétitions «s’étalent sur trois mois, chaque samedi», complète Philippe Chmura. « C’est vrai qu’avec la venue du conservatoire de Nantes, ça tire vers le haut au niveau technique. L’intérêt de tout ça, c’est ce collectif qui commence à prendre forme. On se retrouve parfois à 35 à manger tous ensemble ». Au rayon du choix des morceaux de musique classique, c’est René Martin qui « leur a présenté plusieurs titres. Ils ont choisi ce qu’ils préféraient ». Ils sont encadrés par le contrebassiste Raphaël Schwab et le compositeur Frédéric Maurin, deux pointures.
Stéphane Pajot
La Folle Journée, du 3 au 7 février, cité Congrès. www.follejournee.fr

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.