Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Que sont-ils devenus. Akrone, la marque de montres qui monte

0 10.08.2017 19:17
Erwan Kerneur et Jean-François Kerboul, deux des fondateurs d’Akrone, se positionnent sur le marché des montres automatiques, haut de gamme mais accessibles. Photo PO - Julien Percheron

Erwan Kerneur et Jean-François Kerboul, deux des fondateurs d’Akrone, se positionnent sur le marché des montres automatiques, haut de gamme mais accessibles. Photo PO - Julien Percheron

Leurs montres premium connaissent un vrai succès. L’arrivée d’un investisseur leur fait voir l’avenir en grand.

La sucess story continue pour les deux entrepreneurs bretons et leurs montres automatiques (sans piles, qui se remontent par balancier, NDLR). L’essence de la marque Akrone reste la même. « Toujours sur un positionnement premium, en dessous de 1 000 € » confie Erwan Kerneur. Ils dessinent l’intégralité du modèle et sélectionnent chaque pièce, « ce qui fait le petit plus » explique-t-il.

Les premiers modèles, la K-01 et la K-02, sont lancés en 2015 et 2016, grâce à une campagne de financement participatif. Le succès est instantané : 70 000 € obtenus pour la K-01, 100 000 €, en trois heures, pour la seconde. Entre-temps, Akrone croise le chemin de Christophe Courtin, un investisseur.

On commence à être une marque qui pèse en France et qui aimerait s’exporter

Il mise sur eux « pour aller beaucoup plus haut » précise Jean-François Kerboul. Réticents au départ, ils lui cèdent 25 % des parts de l’entreprise. « Un coup de boost » qu’ils ne regrettent pas, car « il nous a mis en réflexion sur la production, notre modèle d’achat et de vente » explique Erwan Kerneur. Une rencontre qui crédibilise aussi le projet. Passant de la précommande à la vente des stocks, Akrone pèse auprès des banques.

« Pour lui, notre problématique, ce n’est pas de trouver des clients, mais de réussir à produire suffisamment pour répondre à la demande » explique Jean-François Kerboul. Seuls 500 exemplaires sont produits et leurs montres fédèrent une véritable communauté d’amateurs et de passionnés, très présente sur les forums de montres et d’horlogerie. La jeune pousse cherche maintenant un local au cœur de Nantes, en dehors de la pépinière, pour installer ses bureaux et son espace showroom.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans Presse Océan ce vendredi 11 août

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.