Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Shoof, Legz, Tarek, Rea One et Urbandrone à HipOPsession

0 11.02.2016 17:35
Shoof sur la fresque réalisée avec Tarek, Rea One et Legz

Shoof sur la fresque réalisée avec Tarek, Rea One et Legz

Photo PO - SP

Le festival HipOpsession, qui démarre aujourd’hui (du 11 au 27 février), a invité des graffeurs à investir L’Atelier au 1, rue de Châteaubriant. Rencontres croisées. 

Dans ce lumineux et boisé ancien entrepôt, qui servit aussi d’écuries puis d’atelier du sculpteur Gérard Voisin, on retrouvera ce soir Shoof, Tarek, Legz, Rea One et Urbandrone à l’occasion d’une exposition intitulé Blue Point. « J’adore leur travail qui me semble aussi fractal que le mien et je les connais tous, résume Shoof à qui l’on a confié les clés de cette résidence démarrée le 1er février à l’Atelier. On s’est imprégné ensemble de ces lieux, on a parlé et on s’est lancé.  J’ai choisi le bleu car c’est une couleur que je n’ai jamais travaillée et qui est très difficile. Le bleu peut être lumière et couleur. Émotionnellement parlant, c’est une des plus denses et variées. »

Autodidacte, le Nantais Shoof utilise la calligraphie arabe dans ses créations : « C’est de l’art plastique, de l’art contextuel, ces lettrages sont un outil de construction graphique. J’ai juste envie d’être un stimulus ».

« C’est une super bonne expérience pour nous tous », indique Tarek Benaoum, graphiste parisien de 37 ans. « Ça nous permet de nous découvrir et de s’imbriquer ensemble, on a fait un élagage de nos envies », dit encore celui qui travaille régulièrement pour le designer Philippe Stark.

« Chacun exprime son langage graphique, c’est un vrai challenge de réunir nos univers tout en improvisant sur place », explique Legz, autre Parisien embarqué dans l’aventure. « C’est la spontanéité qui prime, on jette les choses dans l’urgence en gardant l’idée du « Blue Point ».

Il y a aussi Rea One sur le même navire, un graffeur nomade et régisseur dans l’événementiel, qui estime que « le graffiti reste un des seuls domaines qui ressemble au délire des hippies. On ne se connaît pas, mais pour graffer un mur ensemble on t’accueille, on t’héberge, il y a une vraie notion de partage ». Son style ? « J’appelle ça de la 3 D organique », confie Rea, qui « kiffe » cette résidence et surtout « l’urbex », exploration urbaine en quête de friches, pour assouvir sa passion artistique.


Stéphane Pajot

REPÈRES
L’Atelier, 1 rue de Chateaubriand, 19 h. Expo ouverte tous les jours.
Toute la programmation sur www.hipopsession.com
 
Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.