Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Le père retranché pourrait quitter la grue dans l'après-midi

1 18.02.2013 12:31
Voir la vidéo

Retranché depuis vendredi matin sur la grue Titan jaune de l'île de Nantes, dans le but d'obtenir le rétablissement du droit de visite auprès de son enfant, Serge y a passé une troisième nuit.

Un dénouement dans l'après-midi ?

Ce matin, la Chancellerie a annoncé que Christiane Taubira allait recevoir SOS Papa et deux autres associations ce lundi à 15h au ministère de la Justice. Selon la Chancellerie, Mme Bertinotti sera présente à la réunion.

Interrogé par l'AFP après cette annonce pour savoir s'il descendrait ensuite, Serge Charnay a répondu "qu'on attendra les propositions" et que si elles "sont favorables, il se pourrait que je n'ai d'autre choix que de descendre".

Le fera-t-il ? Pas si sûr, au vu d'autres déclarations faites à l'AFP...

"C'est magnifique, mais ce n'est pas une bonne nouvelle", a ainsi réagi Serge Charnay, 42 ans: "C'est trop rapide et les associations ne sont pas prêtes", a-t-il affirmé à l'AFP. Ajoutant : "J'espère que Mme Taubira nous fera des propositions honnêtes", comme "l'égalité des hommes face aux femmes dans le cadre du droit de visite" et la résidence alternée.

Le père : "Je vais revenir dans un processus normal"

Pour rappel, le père de famille divorcé a fait savoir plus tôt lundi matin qu'il ne redescendrait qu'après la réunion prévue dans la semaine entre des associations de défense des droits des pères et les ministres de la Justice et de la Famille : "Je vais descendre après la réunion de Mme Taubira avec les associations" de défense des droits des pères, a affirmé lundi à l'AFP Serge Charnay, 42 ans, "sauf si vraiment il y avait des imprévus pour d'autres raisons".

"Je vais revenir dans un processus normal", a également assuré à l'AFP M. Charnay, après une troisième nuit passée dans la grue, en haut de laquelle il a tagué "sauver les enfants de la justice". Il a indiqué qu'il souhaitait à l'avenir "prendre contact" avec son avocat, "étudier les propositions de logement et aussi juridiques qui m'ont été faites", tout en soulignant qu'il se méfiait "du fonctionnement de l'enceinte judiciaire et des magistrats".

 

Le préfet de Loire-Atlantique, Christian Galliard de Lavernée, a également déclaré dimanche que les autorités renouvelaient leur proposition permettant au père de déposer lundi matin "une requête express au tribunal pour réexaminer sa situation". "Un avocat sera à sa disposition au tribunal", a assuré le préfet.

L'action de M. Charnay intervient à quelques jours d'une journée nationale de manifestation pour les droits des pères, programmée par l'association SVP Papa mercredi à Nantes, ville du Premier ministre.

La ministre Bertinotti "plaide pour un véritable système de médiation familiale"


Bertinotti : "Une culture du conflit plus que... par Europe1fr

La ministre déléguée chargée de la Famille, Dominique Bertinotti, a plaidé lundi pour le développement de la "médiation familiale"

"Les autorités n'ont jamais cessé de maintenir le contact avec ce père pour lui faire entendre que nous allons recevoir avec ma collègue de la Justice (Christiane Taubira, ndlr) les associations et rechercher" des solutions efficaces "pour l'ensemble des parents qui peuvent être confrontés à ce genre de situations", a-t-elle dit sur Europe 1.

"On peut se demander si en France le système que nous avons, qui a tellement peu recours à la médiation, fait que l'on arrive à des situations très conflictuelles", a estimé Mme Bertinotti, précisant que "seuls 4 à 8% des divorces ont fait l'objet d'une médiation".

"Je plaide pour un véritable système de médiation familiale, aujourd'hui très insuffisante dans notre pays", a-t-elle insisté, souhaitant que la justice n'intervienne "qu'après ce système de médiation".

Avec AFP

Commentaires (1)

La grue jaune
philippe P (non vérifié) lun, 18/02/2013 - 17:50

Dès qu'il sera descendu j'espère pour lui que les choses vont s'améliorer. Seulement, je pense qui ne coupera pas à l'amende relative aux tags sur la grue. Ben oui je doute que ce soit de la peinture à l'eau.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.