Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Trafic de stupéfiants : interpellations en série au Ranzay

1 25.11.2016 20:36
Après 96 heures de garde à vue, cinq ont été présentés à un juge d’instruction nantais ce vendredi

Après 96 heures de garde à vue, cinq ont été présentés à un juge d’instruction nantais ce vendredi

Photo PO-NATHALIE BOURREAU

En surveillant leurs conversations téléphoniques, les enquêteurs pouvaient entendre "jusqu’à 15 clients" leur passer commande chaque jour.


De quoi parle-t-on ? De cannabis. Mais aussi de cocaïne et de MDMA.

« Ce trafic empoisonnait la vie du quartier du Ranzay », indiquae hier un magistrat du bureau du suivi des enquêtes (BSE) du parquet de Nantes. Depuis le début de l’année, un groupe de jeunes gens enchaînait les transactions, au pied des tours. « Et ce, de midi à minuit », précise encore le BSE.

La brigade des stupéfiants de la Sûreté départementale a identifié huit suspects, qui tous ont été interpellés mardi, dès potron-minet.


Après 96 heures de garde à vue, cinq ont été présentés à un juge d’instruction nantais ce vendredi, et mis en examen pour « trafic de stupéfiants ».
Quatre d’entre eux - âgés de 20 à 36 ans, ont été placés en détention provisoire. 

 

 

Plus d'informations dans Presse océan samedi 26 novembre 2016

Commentaires (1)

cannabis et lois punitives
jpbtrind sam, 26/11/2016 - 23:53

Comme une loi existe, il faut l'appliquer.
Cependant on peut modifier toute loi, et dans ce cas le cannabis ne serait plus interdit.
Ce n'est pas idiot non plus, car la prison actuelle pervertit davantage qu'elle ne permet aux détenus de s'améliorer.
On est et on restera toujours dans une situation peu optimale qui concerne les effets de certaines substances, comme ce cannabis qui modifierait la programmation naturelle de l'ADN, ou des psychotropes ou des graisses ou de l'alcool et le tabac, le sucre raffiné, etc. : les rentrées d'argent que ces produits génèrent sont loin de payer les maux qu'ils provoquent sur les organismes.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.