Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Tri Yann : « On se représente en 2017 »

1 10.12.2016 20:08
Jean-Louis Jossic, Jean Chocun (avec la mandoline) et Jean-Paul Corbineau, les trois Jean fondateurs de Tri Yann

Jean-Louis Jossic, Jean Chocun (avec la mandoline) et Jean-Paul Corbineau, les trois Jean fondateurs de Tri Yann

Photo PO-Nathalie Bourreau

L’année prochaine, le plus vieux groupe français en longévité, fondé à Nantes en 1971, fêtera ses 46 ans de scène. Mais les trois Jean fondateurs et leurs compères n'ont pas pris une ride et restent fidèles à la culture bretonne de leur début.
Ces trois-là n’ont pas hésité une minute. Ni devant leur glace en se rasant le matin, ni devant le café qu’ils partagent en ce vendredi matin de fin d’automne dans leur studio caché à deux pas de la gare de Savenay : « On se représente en 2017 ». Tri Yann, le plus vieux groupe français en longévité, entend bien poursuivre son chemin et fêter en 2021 ses 50 ans de carrière.
« Plus question de digue din dondon »
En attendant, les facétieux trois Jean de Nantes et leurs cinq compères (Konan Mével, Jean-Luc Chevalier, Gérard Goron, Christophe Pelloil et Frédéric Bourgeois) tournent avec leur dernier spectacle et leur album sorti au printemps, La Belle enchantée. Ici, « plus question de digue din dondon », sourit Jean-Paul Corbineau, le chanteur aux cheveux couleur d’écume. Mais des contes inédits, écrits en grande partie par Jean-Louis Jossic et mis en musique par Jean Chocun « avec des influences très différentes ». Du tradi, forcément, mais aussi des moments plus acoustiques comme pour Les six couleurs du temps, et même une pointe de techno dans La bonne fam au courti.
Toute l’âme de Tri Yann est là. Intacte, ancrée dans son époque. À la fois riante et grave. Avec des textes forts qui n’hésitent pas à bousculer la légende et à renvoyer l’Ankou dans les cordes de l’Anaon. Des histoires parfois politiquement incorrectes, aussi, comme celle inspirée d’un conte cruel d’Alphonse Allais, « pas à écouter en bouffant du sucre d’orge », confesse Jean-Paul.
Lire dans Presse Océan du dimanche 11 décembre 2016

Commentaires (1)

Même eux ne l'imaginaient pas !
Melba mar, 13/12/2016 - 01:20

Eh oui, personne n'aurait crû çà en 1971 !
J'étais au concert des 30 ans à Nantes avec une certaine Jeanne Cherral en robe noire et nattes en 1ère partie. Inoubliable soirée, même s'il y en a eu d'autres.
Ce groupe est incomparable, musicalement et "théâtralement" sur scène. Fabuleux chanteurs, en choeur ou solos.
Alors en avant pour les 50 ans !

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.