Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Une ancienne aide-soignante dit avoir été irradiée au CHU de Nantes

0 20.06.2013 10:05
Me Rémi Bascoulergue, avocat nantais de l’ex-agent du CHU de Nantes, et Olivier Terrien, secrétaire général adjoint CGT au CHU de Nantes.

Me Rémi Bascoulergue, avocat nantais de l’ex-agent du CHU de Nantes, et Olivier Terrien, secrétaire général adjoint CGT au CHU de Nantes.

Photos Presse Océan - Nathalie Bourreau

Au chevet de patients traités par iode radioactif, cette ancienne aide-soignante, qui a exercé dix ans à l’hôpital de Nantes, est convaincue d'avoir été contaminée dans le cadre de son travail. Après avoir contracté une leucémie, elle se bat pour faire reconnaître sa pathologie au titre de la maladie professionnelle.

"Ma motivation, glisse-t-elle en préambule, ce n’est pas de toucher une grosse indemnité mais d’être reconnue en tant que victime."  A 63 ans, cette Nantaise, qui a exercé en qualité d'aide-soignante au CHU de Nantes, croise le fer avec son ancienne direction, avec l'appui des représentants du syndicat CGT. En juillet 2003, elle a contracté une leucémie à tricholeucocytes. Une pathologie qui, selon de nombreux spécialistes, se déclare après "l’exposition d’un sujet au benzène ou aux radiations ionisantes". Elle est convaincue d’avoir "été contaminée" dans le cadre de son travail. "Je travaillais au contact de patients placés en chambre d’isolement, traités par iode 131, un produit radioactif, rappelle-t-elle. Logiquement, on aurait dû approcher le moins possible ces malades après la prise de leur traitement, car ils représentent un risque d’irradiation pour leur entourage. Seulement, à l’époque, le protocole était moins strict et on nous envoyait très vite faire les toilettes des patients, les changer, les aider durant les repas."

En 2009, c’est la tuile administrative. Le dossier de reconnaissance en maladie professionnelle est recalé. Et, partie en retraite, l’ancienne aide-soignante est victime d’une rechute en juin 2011. Deuxième cure de chimiothérapie. La Nantaise est "en rémission" et "reste sous surveillance. L’année où je suis tombée malade, nous étions trois collègues à souffrir d’affections typiques - leucémie, cancer de la thyroïde - de celles déclenchées à la suite d’une exposition à des rayonnements ionisants, indique l’ancienne salariée du CHU. Une collègue a succombé des suites de son cancer durant l’été 2008. »

Me Rémi Bascoulergue, son avocat, entend poursuivre la bataille devant la justice administrative.

La direction du CHU se refuse "à communiquer sur les dossiers personnels d'agents" mais souligne que les différents services de l'établissement n'ont fait l'objet d'aucune remarque des autorités, précisant: "Aucun incident d'aucune sorte n'a été relevé".

Dossier complet ce jeudi 20 juin dans les colonnes de Presse Océan.

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.