Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Vigilance renforcée contre Ebola et contre la fausse rumeur

0 16.10.2014 19:08
Le canular lancé à la va-vite sur Internet a viré au cauchemar pour le CHU.

Le canular lancé à la va-vite sur Internet a viré au cauchemar pour le CHU.

L’Agence Régionale de Santé et le CHU de Nantes sont catégoriques : aucun cas d’Ebola n’a été constaté jusqu’à présent en Loire-Atlantique. Malheureusement, depuis jeudi matin, les institutions se doivent de le marteler - y compris sur leur compte Twitter - à cause d'une blague potache, mauvaise et anonyme, lancée mercredi sur un site Internet de blagues en ligne, visant à lancer une fausse rumeur pour compter les crédules.

Force est de constater que les usagers de Twitter ou de Facebook sont nombreux à n'avoir pas lu l'information jusqu'au bout puisqu'elle était signalée comme un canular. Bien intentionnés ou pas, ils l'ont relayée aussitôt. 

Seul et maigre mérite du phénomène : il aura permis aux organes de presse locaux de s'interroger une fois de plus sur leur véritable rôle et sur la conduite à tenir face à Internet. Quand la même information tombe tous azimut, faut-il ignorer la rumeur pour ne pas aider - mains est-ce bien possible aujourd'hui - sa propagation sur les réseaux sociaux ? Ou au contraire s'empresser, dès qu'il en détient les preuves, de lui tordre le cou pour honorer son devoir d'informer et réaffirmer ainsi son rôle premier ? Presse Océan a fait ce choix et revient ce vendredi 17 octobre sur le dossier Ebola.

Car au CHU de Nantes, l’équipe du Samu n’en demeure pas moins vigilante. Elle assure le dépistage d’agents pathogènes ou de cas dits suspects dès la régulation. A ce titre, toute personne présentant une fièvre supérieure ou égale à 38 °C, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque, doit appeler immédiatement le 15 et rester à son domicile en limitant au maximum les contacts avec l’entourage. Il ne faut pas consulter un médecin généraliste ou un service d’urgence, afin d’éviter de multiplier les contacts.

Dans la région ouest, le CHU de Rennes a été désigné parmi les douze hôpitaux de référence pour accueillir et traiter les cas possibles de malades. L’établissement de santé dispose d’une chambre d’isolement adaptée - à pression d’air négative - et des laboratoires permettant de procéder au dépistage de la maladie.

Toutefois, nous le rappelons : aucun cas d’Ebola n’a été constaté jusqu’à présent en Loire-Atlantique. 

Plus d'informations à retrouver ce vendredi 17 octobre dans Presse Océan.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.