Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre Dame-des-Landes Opération escargot : 200 euros d'amende avec sursis

1 24.02.2016 17:24
Les 19 conducteurs étaient notamment assistés par Me Huriet (à gauche) et Me Vallée.

Les 19 conducteurs étaient notamment assistés par Me Huriet (à gauche) et Me Vallée.

Photo PO-NATHALIE BOURREAU

Des amendes de 1.000 euros avaient été requises mercredi à Nantes à l'encontre de 19 opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, jugés pour avoir entravé la circulation lors d'une opération escargot le 12 janvier sur le périphérique nantais.

 

La décision vient de tomber, à 19 h ce mercredi. Après une heure et demi de délibératations, le tribunal correctionnel a décidé de condamner les 19 prévenus qui comparaissaient pour "entrave à la circulation", après l'opération escargot du 12 janvier, à 200 euros d'amende. Le parquet avait requis des peines de 1000 euros d'amende. 

 

Cette "action concertée" et "revendiquée" était bien "une opération de blocage", à 7h30 du matin, avec des véhicules circulant "à 10 ou 20 km/h" sur deux voies, a estimé le représentant du ministère public, Thierry Rolland, qui a demandé une peine de 100 jours-amende à 10 euros pour chacun des prévenus, poursuivis devant le tribunal correctionnel pour "entrave à la circulation", un délit passible de deux ans d'emprisonnement et de 4.500 euros d'amende.

Si elle est prononcée, une peine de jours-amende implique que le ou la condamné(e) voit cette peine transformée en emprisonnement pour une durée correspondant au nombre de jours-amende non acquittés.

Les 19 prévenus, âgés de 23 à 61 ans, comparaissent pour avoir circulé le 12 janvier à une vitesse extrêmement réduite à une heure de forte affluence, en groupe et en différents points du périphérique, à la veille d'une audience devant statuer sur l'expulsion de onze familles et quatre exploitants agricoles "historiques", vivant sur le futur périmètre de l'aéroport.

Cette opération escargot, organisée trois jours après le blocage du périphérique de Nantes par les opposants à l'aéroport, qui avait nécessité l'intervention des forces de l'ordre pour déloger des manifestants qui avaient refusé de quitter les lieux, avait eu des répercussions assez limitées sur le trafic, traditionnellement dense le matin.

Il avait été décidé par les autorités de ne pas permettre cette opération escargot et d'interpeller les conducteurs et de procéder à la mise en fourrière des véhicules, a rappelé le président du tribunal, Bruno Sansen, à l'ouverture des débats.

Dix-neuf personnes avaient été interpellées et placées en garde à vue, puis remises en liberté dans la journée, et leurs véhicules avaient été immobilisés et mis en fourrière.

Les prévenus ont tour à tour expliqué à la barre qu'ils avaient volontairement participé à cette mobilisation, et évoqué les "difficultés occasionnées" par l'immobilisation de leur voiture, depuis six semaines.

Une centaine de personnes, accompagnées de trois tracteurs, se sont rassemblées dans le calme pendant l'audience devant le palais de justice, sous haute surveillance policière.

L'avocat de huit des prévenus, Stéphane Vallée, a dénoncé avant l'audience une "différence de traitement" entre les participants à cette opération escargot et celles menées par les chauffeurs de taxis ou les agriculteurs. "Il y a une volonté très nette de vouloir pénaliser le mouvement anti-aéroport, ça ne fait pas de doute", a-t-il estimé.

Le jugement sera probablement rendu dans la soirée.

(Avec AFP)

Lire le compte-rendu d'audience dans Presse Océan jeudi 25 février 2016

 

Commentaires (1)

200 € avec sursis ! A quoi bon se priver ! et on remet ça samedi
Rufus jeu, 25/02/2016 - 01:06

Puisqu'on ne risque rien , que ce régime socialo nous couvre dans toutes nos exactions nos dégradations, notre vandalisme , puisque nous pouvons prendre en otage toute la population du Grand Ouest en la privant de pouvoir se déplacer , circuler librement... Continuons , continuons nous la poignée de Khmers Verts qui faisons régner la loi de notre petite mafia sur une population d' imbéciles qui respectent encore la démocratie sortie des urnes !

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.