Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Tribune libre Notre-Dame-des-Landes : « Bon sens et raison garder »

28 12.01.2016 11:24
Image de synthèse AGO

Image de synthèse AGO

Jean Varlet, géographe d'origine angevine et professeur à l'Université Savoie Mont Blanc, nous a adressé cette "tribune libre". Nous avons décidé de la publier en intégralité en tant que contribution au débat sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il va de soi que ce point de vue n'engage en aucune manière la rédaction du journal "Presse Océan", qui veille à permettre à l'ensemble des points de vue de s'exprimer, dans le respect de ses principes éditoriaux.

« Rarement un projet d'aménagement aura suscité autant de tensions, de divergences d'opinions, d'avancées et de reculs, et de coups de force pour l'imposer ou pour s'y opposer.

La procédure de réalisation du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a même été enclenchée alors qu'aucun consensus profond sur le projet n'était et n'est réellement acquis, et ce à presque tous les niveaux. Les doutes sont nombreux et deux logiques s'affrontent, sur fond de pertinence du projet, mais sans remettre en cause la nécessité d'un développement aéroportuaire de Nantes.

Au vu des discours avancés et de l'embarras général, revenir ici sur quelques questions simples, abordées ici sous le seul angle des transports et des déplacements, pourrait apporter sa contribution à la réflexion.

L'actuel aéroport de Nantes Atlantique est-il saturé ?

La piste actuelle de Nantes-Atlantique (2 900 m de long) a accueilli 48 000 mouvements d'avion et un trafic de 4 Mp en 2014. Est-elle saturée ? Pour apporter une réponse et à titre de comparaison, qu'en est-il sur d'autres aéroports ? Roissy enregistre un trafic moyen par piste de 116 000 mouvements d'avion et de 16 Mp ! (465 000 mouvements et 63,8 Mp en 2014 sur quatre pistes). À Orly, où le nombre de mouvements est contraint et limité depuis des décennies pour raison de nuisances sonores, les ordres de grandeur sont à peu près identiques : un trafic égal à sept fois celui de Nantes (28,8 Mp) et 228 000 mouvements d'avion (5 fois la valeur nantaise), qui sont réalisés surtout avec deux pistes sur les trois existantes. À Londres-Heathrow (73,4 Mp en 2014), troisième aéroport mondial, le trafic moyen de chacune des deux pistes s'élève à 36,7 Mp !

Et la question d'une troisième piste, posée de longue date, reste toujours sans réponse. Comment affirmer qu'avec 4 Mp, c'est-à-dire le quart d'une piste de Roissy, la piste de Nantes-Atlantique serait saturée ?

Si saturation il y a, elle serait davantage du côté de la capacité d'accueil de l'aérogare en terminaux d'avions ainsi qu'en halls et salles d'embarquement. Cela ne surprend pas, c'est la réalité constamment vécue par tous les aéroports européens depuis plus d'un demi-siècle, chacun anticipant cette saturation future par de constants aménagements d'infrastructures d'accueil. Qu'en est-il à Nantes de ce point de vue ?

Nantes a-t-elle besoin d'un aéroport avec deux pistes ?

En toute logique, la perspective d'un trafic d'environ 9 Mp (d'ici 2030 ou 2050, voire 2065 selon les sources) envisagé par le projet Notre-Dame-des-Landes, c'est-à-dire un peu plus d'un doublement, ne semble donc pas non plus devoir saturer la piste actuelle. Celle-ci resterait à un niveau d'un plus de la moitié du trafic moyen actuel d'une piste de Roissy...

Comment justifier une deuxième piste ?

Peut-on regarder, parmi tant d'autres exemples, celui de Genève, voisin immédiat et ville mondiale ? L'aéroport de Cointrin, qui enregistrait un trafic de 5 Mp en 1985 ? proche de celui de Nantes aujourd'hui ? en compte 15,2 Mp en 2014 (avec 187 596 mouvements d'avion), ce trafic étant réalisé sur une seule piste ! Plus encore, coincée d'une part entre la ville à l'Est (en position tangentielle, ce qui diffère de Nantes) et la frontière d'État avec la France à l'Ouest, et d'autre part par des espaces urbains au-delà des deux extrémités de la piste, l'emprise aéroportuaire est inextensible... et aucun espace n'est disponible pour envisager la construction d'une deuxième piste, encore moins d'un deuxième aéroport ; au point que, depuis longtemps, l'idée d'une éventuelle collaboration future avec l'aéroport de Lyon est émise. Pourquoi Nantes aurait-elle besoin d'un aéroport à deux pistes pour un trafic escompté de 9 Mp seulement d'ici 15 à 50 ans ?

S'il s'agit d'un problème de différentiel de dotation avec d'autres métropoles régionales telles que Lyon, Bordeaux ou Toulouse, qui disposent de deux pistes, il faut rappeler que ces choix d'aménagement furent faits il y a plus de quarante ans dans le contexte bien différent des Trente Glorieuses, qui n'est plus, et que pour deux d'entre eux le développement d'une industrie aéronautique motrice nécessitait un équipement spécifique. Nantes n'est pas Lyon non plus. Et leurs trafics actuels pourraient tous être réalisés avec une seule piste...

Plus encore, Nantes a-t-elle besoin de trois pistes ?

Sans vouloir provoquer, la question se doit d'être posée. Le projet Notre-Dame-des-Landes, conçu avec deux pistes (2 800 m et 2 900 m, de même longueur donc que l'actuelle), envisage évidemment de facto le transfert de toutes les activités aéronautiques et de tous les trafics depuis Nantes-Atlantique.

Or, une activité économique au moins, située aux portes de l'aéroport actuel, pose problème : Airbus Industrie, qui occupe de vastes superficies connectées à l'aéroport et qui fournit environ 2 000 emplois.

Autrement dit, sauf à imaginer que l'agglomération nantaise décide d'abandonner cette activité dynamique et ces emplois, l'actuelle piste de Nantes-Atlantique ne pourra que subsister et fonctionner au service d'Airbus Industrie, dont a priori on n'imagine pas un déménagement à Notre-Dame-des-Landes. Voilà maintenant Nantes pourvue de trois pistes (!) alors que les trafics actuels et futurs n'en justifient même pas deux.

Le projet fera-t-il effectivement de Notre-Dame-des-Landes l'aéroport du Grand Ouest ?

En tant que plus grande agglomération de l'Ouest, sans être toutefois le pôle animateur de tout cet ensemble, Nantes qui est déjà le plus grand aéroport de l'Ouest pourrait raisonnablement prétendre devenir l'aéroport du Grand Ouest. Mais sa position quelque peu excentrée et la configuration des réseaux ferroviaires et de leurs fonctionnements dans cet Ouest français (un éventail de radiales parisiennes) ne plaident pas en sa faveur, à moins de l'envisager exclusivement par route.

En effet, la desserte ferroviaire en direction de Nantes, notamment depuis l'Ouest breton, est déficiente : les liaisons étant peu fréquentes, lentes, voire compliquées, l'accès direct à Paris et à Roissy restera sans concurrence et préféré depuis la Bretagne, le Maine, le sud de la Normandie, le Poitou ou les Charentes. Faire venir à Nantes suppose une très nette amélioration des dessertes ferroviaires en rapidité, cadencement, confort et en intermodalité commode à l'aérogare ; est-ce réellement prévu ? à quels coûts et par qui ?

Plus important, le projet Notre-Dame-des-Landes adopte-t-il ce qui est presque devenu la norme en Europe, à savoir une desserte ferroviaire directe à l'aérogare avec le réseau régional et national, grande vitesse comprise, au moins cadencée depuis/vers les diverses régions proches et vers Paris ? La réponse est négative et ne donne donc pas à Nantes les moyens d'une ambition d'aéroport du Grand Ouest.

Le budget affiché de 561 M€ est strictement limité à la construction de l'aéroport (446 M€), de la tour de contrôle (34 M€) et à la desserte routière (81 M€), vastes parkings inclus. Où est la desserte ferroviaire interrégionale ? Tout au plus annonce-t-on une desserte en tram-train, simple navette urbaine entre Nantes et son aéroport, obligeant tout client extérieur à un passage obligé en gare de Nantes, à une rupture de charge et à un temps d'acheminement bien long. Où se trouve un véritable report modal pour toutes les clientèles ? Qui finance ce tram-train et pour quel montant dans ce qui se trouve hors budget annoncé ?

En matière de commodités de déplacement et de « développement durable » sur le plan des accès, rien ne peut donc valablement être affiché, et la modernité européenne est de facto éliminée, comme ailleurs en France dans ce domaine précis. L'aéroport Notre-Dame-des-Landes ne sera que l'aéroport de Nantes et de sa région proche. À Nantes-Atlantique, un prolongement du tramway jusqu'à l'aéroport, actuellement peu éloigné, et l'accès de trains, voire de TGV, grâce à une voie ferrée existante qui le longe auraient-ils un coût aussi élevé ?

Où réside alors le « côté indispensable » du projet Notre-Dame-des-Landes ?

S'agit-il de créer de l'emploi ? Les prévisions font état d'une création de 600 emplois aéroportuaires par million de voyageurs supplémentaires. Cette norme européenne actuelle, contre un millier il y a un quart de siècle, concerne tout aéroport. Il n'est nullement question de lieu ou de différenciation spatiale et cette croissance concerne aussi bien Nantes-Atlantique que Notre-Dame-des-Landes. Quant à la création d'emplois induits aux abords du futur aéroport, comptabilise-t-elle les coûts économiques, énergétiques et environnementaux des flux domicile-travail ainsi engendrés depuis Nantes (17 km) ou d'autres agglomérations, et qui seront principalement routiers ?

S'agit-il de désigner l'aéroport de Nantes comme l'un des éléments d'un éventuel troisième aéroport parisien, polynucléaire et intermodal par TGV interposé ? Après tant de destins aéroportuaires potentiels avortés à Nantes, lui aussi ne semble plus d'actualité malgré sa pertinence. Aéroports De Paris n'est guère favorable à cette idée car son territoire n'inclue pas l'aéroport de Nantes ; et l'intermodalité nécessaire n'y est pas envisagée. En l'absence d'une conception globale d'un système aéroportuaire français qui pourrait octroyer des fonctions parisiennes à Nantes, entre autres aéroports, quel potentiel accorder à Nantes, d'autant que la réforme aéroportuaire de 2005 débouche plus sur une compétition entre métropoles ou aéroports que sur leur complémentarité ?

S'agit-il des nuisances sonores engendrées par le survol d'une partie de l'agglomération nantaise ? Concernant les décollages à Nantes-Atlantique, les pilotes indiquent la possibilité d'effectuer leurs virages un peu plus tôt et ainsi moins la survoler. À Notre-Dame-des-Landes, a-t-on pris en compte les mêmes nuisances pour une partie des 20 000 riverains et pour les populations permanente et touristique de St-Nazaire et de la Côte d'Amour ?

S'agit-il d'une volonté de pouvoir valoriser, enfin, une opportunité foncière (Zone d'Aménagement Différé) créée par une remarquable anticipation en matière d'aménagement, celle des collectivités territoriales d'avoir réservé dès 1967 une emprise dans la perspective d'un futur aéroport ? La réponse logique aurait été positive dix ou vingt ans plus tard, mais un demi-siècle plus tard, les contextes ayant tellement changé, cette réponse a-t-elle encore toute sa pertinence ? Ne s'agit-il pas d'un projet du passé et d'un projet dépassé ?.. même si l'on peut valablement s'interroger sur le devenir à long terme de cette emprise foncière collective en plein espace rural,

S'agit-il de libérer coûte que coûte l'emprise foncière de Nantes Atlantique pour permettre enfin l'extension de l'agglomération nantaise vers le sud, trop hypertrophiée au nord de la Loire ? L'une des vraies raisons, la plus importante, semble être là, et on la comprend bien ; mais elle élude à la fois la question d'Airbus Industrie et la possibilité d'une extension du site actuel vers le sud avec, au besoin, la création d'une deuxième piste orientée Ouest-Est.

S'agit-il d'un problème juridique ?

L'affirmation récente que « l'État est parfaitement dans son droit » renvoie en effet à la signature, trop hâtivement provoquée, du contrat de concession avec VINCI Airports. Elle confirme que, juridiquement, chacune des deux parties est dans son bon droit et est désormais tenue de respecter les engagements signés pour réaliser le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ; mais en l'absence de consensus, elle ajoute une pierre supplémentaire à l'impasse. Le contrat de concession peut-il être modifié ?

En termes de transports et de planification des déplacements, les réponses aux questions posées ne plaident pas en faveur de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et posent à la fois un problème de pertinence au regard des besoins de déplacements, et un problème de démesure, voire de luxe au regard des moyens disponibles. Réexaminer en profondeur la situation semble nécessaire. L'optimisation de l'aéroport actuel peut être une solution sous réserve de tenir compte des aspects d'urbanisation sensibles aux aménageurs de l'agglomération, des volontés de développement aéroportuaire (quitte à ajouter, si réel besoin, une deuxième piste, située selon la suggestion d'un cabinet de Delft) et des engagements vis-à-vis d'un concessionnaire qui, lui aussi, est dans son bon droit (transfert de site).

Au vu de perspectives de déplacement non efficaces, de l'état des finances publiques, de la faiblesse des moyens, des dépenses non affichées à ajouter obligatoirement, et de ce que le citoyen devra supporter tôt ou tard, est-il possible, en gardant un peu de bon sens et de raison, d'éviter de s'engager dans une profonde erreur d'aménagement ?

Jean Varlet

Repères

Jean Varlet est d'origine angevine. Il est professeur des Universités, géographe, à l'Université Savoie Mont Blanc.

Président (2000-2012) de la Commission de Géographie des Transports du Comité national français de géographie.

Commentaires (28)

Optimisation...
cascadeurfou jeu, 14/01/2016 - 23:00

Bonjour, une question pour nous, habitants du sud Loire : nous sommes étonnés que le débat ne fasse que survoler (cest le cas ed le dire) depuis le début l'issue si NDDL ne se fait pas : quelle solution ? Quels survols de population ? Quelles zones ? Quelles villes seront impactées? Personne ne doit ignorer, je suppose, que l'agglomération sud est autant peuplée que l'agglomération Nord (communes Nantes métropole): alors, quid si de "nouvelles pistes"??, c'est quoi le plan (de vol)? Ne serait-ce pas temps de dire aux habitants qui se sont installés en sachant que l'aéroport allait partir (LOL) quel avenir leur est proposé si NDDL ne se fait pas ?
Alors allons au bout du raisonnement : ok à l'arrêt de NDDL mais pas plus de CO2, afin de protéger la planète et donc STATU QUO sur l'aéroport Nantes Atlantique et aucune nouvelle piste. Cela me paraît logique: protection de l'environnement (zone lac de grand lieu), protection des populations (milliers de foyers), protection de la planète (émanation CO2). Mais j'aimerai être sûre que c'est bien l'axe défendu par les écologistes (et ce professeur) partisans de l'"optimisation"; Mais jai comme un doute sur leur logique,là.

Plein de bons avis contradictoires : il faut revoir le dossier !
sven.jelure mer, 13/01/2016 - 18:19

Les deux camps ont des arguments sérieux, ce qui prouve en tout cas que les faits ne penchent pas aussi clairement en faveur de NDDL que certains le disent. Et si la DREAL refuse mordicus de livrer les éléments qui l'ont conduite à donner un avis favorable au projet, n'est-ce pas qu'il y a quelque chose qui cloche ? Voici 40 ans qu'on parle de cet aéroport : on pourrait bien se donner une année de plus pour refaire un examen sérieux et PUBLIC du dossier en fonction des connaissances et des prévisions d'aujourd'hui afin de décider sur des éléments clairs, précis et actualisés.

Pour Nantes donc pour l'aéroport.
Paul44 mer, 13/01/2016 - 16:39

Tout à fait d'accord avec toi Rufus, dans cette affaire il faut savoir si l'on est pour Nantes, pour sa région, et pour les Nantais.Si on est "pour" alors on ne peut qu'être pour la construction de cet aéroport, si l'on est "contre" alors on peut être anti-aéroport, ce qui par ailleurs n'autorise pas à manifester violemment et à ne pas respecter l'état de droit.
PO et OF ont choisi le camps anti-nantais, et j'en suis meurtri comme tant d'autres.
Cette affaire prouve que l'importance d'un dossier est beaucoup lié à l'importance que lui donnent les médias.Ainsi, une affaire grave peut passer sans solliciter l'attention et un fait plus léger "être monté en épingle" et être exploité par les extrêmistes qui ignorent la loi.
L'Etat devrait faire son travail mais apparemment il manque de fermeté.

Quelle bande de fachos :
Melba mer, 13/01/2016 - 23:51

En réponse à Paul44 - Pour Nantes donc pour l'aéroport.

Quelle bande de fachos : "l'Etat manque de fermeté"..
Oui, on n'est pas encore comme en Corée du nord !
Ensuite, il ne s'agit pas de savoir si on est "pour" ou "contre" NANTES, ce qui ne veut rien dire.
Demandez plutôt si l'on est "pour" ou "contre" VINCI ....le racketteur mondial ( autoroutes, parkings...) et juteux contrats PPP.
l'aéroport NDDL, ce n'est pas Nantes, c'est Vinci !

@Rufus
Melba mer, 13/01/2016 - 17:42

vous êtes de chez Vinci ??
...pour avoir un acharnement aussi monumental contre toute personne qui conteste ce projet ( du passé et dépassé ) comme le dit ce professeur ?
Et ce professeur d'Université que vous tentez de dénigrer aussi ( "petite Université" de Savoie ! )
Une Université est une Université, que ce soit en Savoie, à Paris ou ailleurs !!!
Ah, çà change des "crasseux"...., mais vous vous croyez crédible en minimisant ce professeur ?
A l'inverse, vous passez pour un misérable obsédé par son opinion propre et sa haine des opposants.
Ce que dit ce professeur, je l'ai vu aussi dans des écrits d'autres personnes, des pilotes entre autres, des philosophes, des scientifiques ( indépendants), et aussi dans des lettres ouvertes à Hollande, comme celle ( il y quelques années ) de Stéphane Hessel..
Oseriez-vous aussi démonter de tels personnages ?
vous devriez arrêter car vous devenre vraiment ridicule !

d'autres projets existent ...
Un peu de sens mer, 13/01/2016 - 09:59

Que de débat pour un projet vieux de 40 ans, qui masque juste une opération immobilière. Enfin un peu de bon sens dans cet article. Il serait temps d'arrêter de déblatérer et passer à autre chose. Le progrès c'est de vivre avec les problème d'aujourd'hui et les solutions de demain. Alors mettons de l'énergie sur des projets plus respectueux des hommes et de notre environnement.

Les masques tombent ! PO organe de propagande des opposants
Rufus mer, 13/01/2016 - 00:57

PO nous a déniché encore un spécialiste ! Celui ci enseigne à l'Université de Chambéry petite ville de 50 000 habitants située loin de tout entre La Motte Servolex et Challes les Eaux . Ce Monsieur dispose de deux pistes à Chambéry dont une en herbe, de deux pistes à Saint Exupéry d'une autre à l'aéroport de Lyon et d'une autre qui en vaut deux à Genève. Il tient vraiment que les Pays de la Loire ne se développe pas.
Remercions les PO nautes qui ont su démonter le décervelage anti aéroport du Grand Ouest que nous fabrique encore le Groupe Ouest Franc /Presse Océan.

Qui a multiplié les appels à la manif de samedi dernier en nous indiquant heure par heure les consignes les contre-consignes , les lieux et l'heure à laquelle quelques véhicules devaient paralyser le périph' ce lundi et ce mardi ? : Presse Océan du Groupe Ouest France !
à croire que PO en tant que tel participe aux QG de guerre de l"avant-garde révolutionnaire de L'ACIPA , CEDPA et Françoise Verchère .
Sinon la rédac de PO serait bien inspirée de nous dévoiler la suite de ces actions qui doivent prendre encore en otage demain la population nantaise et qui terniront un peu plus l'image de la Ville de Nantes ... Plus personne ne croira qu'ils ne sont pas logiquement au courant des exactions qui vont se dérouler demain ... Alors ils choisissent quel camp ?
Pour ou contre les Nantais ?
Pour ou contre la Ville de Nantes ?
Pour ou contre le respect de la démocratie ?
Pour ou contre les 1 452 527 électeurs des PDLL de LA ou de NANTES qui en ont ras le bol des petits idéologues de la ZAD et du groupe Ouest France ?

Oup's Rufus ! OK sur toute la ligne !
JANE DOE jeu, 14/01/2016 - 02:03

En réponse à Rufus - Les masques tombent ! PO organe de propagande des opposants

Je viens de laisser un commentaire sur un article de PO. Figures-toi que la Ville de Nantes propose sa candidature pour l'élection de la meilleure Ville d'accueil ! Aucune chance ! Nos petits zadistes chéris fouteurs de merde, vont faire le max pour installer leurs petits tracteurs polluants aux quatre coins de NANTES !

Exemple des aéroports équivalents
bpresles mer, 13/01/2016 - 00:19

Vous citez dans votre article, judicieusement, l'exemple de l'aéroport de Genève. Et effectivement cet aéroport, assez comparable à celui de Nantes Atlantique par sa configuration, est capable de gérer sans problème plus de 180000 mouvements et presque 16 millions de passager par an.

Mais à quel prix? Selon Bertrand Stampfl, responsable communication de l’aéroport de Genève (source: https://www.youtube.com/watch?v=g1vytUfEbEk), l'optimisation de cet aéroport pour arriver à ne pas saturer avec ce niveau de trafic, coûte plusieurs centaines de millions de francs suisses par an, justement parce qu'il est enclavé dans la ville et ne peut pas être aisément agrandi. Soit plusieurs milliards de francs suisse au total (pour information 1 franc suisse = 0,92€).

La question n'est donc pas juste de savoir si l'aéroport actuel de Nantes Atlantique est capable, moyennant optimisations, de supporter un trafic plus que doublé à horizon 15-50 ans, mais aussi si cela sera économiquement et écologiquement plus efficace que la construction d'un nouvel aéroport.

En effet, de part son âge, l'aéroport Nantes Atlantique est très loin de l'efficacité écologique des matériaux et normes de constructions que l'on peut trouver aujourd'hui. Et le mettre aux normes ajouterait davantage à la facture d'optimisation qui sur le long terme sera déjà élevée (bien plus que ce que les ateliers citoyens donnent, puisqu'ils ne prennent en compte que les optimisations nécessaires pour répondre aux besoins à court ou au mieux moyens termes).

Donc effectivement, la construction d'un nouvel aéroport engendrera, de part ses travaux, des coûts à court et moyen terme plus élevés, et plus d'émissions de CO2. Mais sur le long terme (horizon 20-50 ans), rien n'est moins sûr. Les travaux nécessaires à la mise aux normes pour avoir une efficacité écologique équivalente à Nantes Atlantique, et pour l'optimiser afin d'être capable d'accueillir la croissance du trafic, que vous estimez vous même à plus du double à moins de 15 à 50 ans, risque fort de rendre son optimisation, aussi bien économiquement qu’écologiquement, bien plus coûteuse et polluante que la construction d'un nouvel aéroport.

L'exemple de Genève, qui a déjà coûté plusieurs milliards de francs suisses (pour info 1 milliards de franc suisse = 920 millions d'euros), le montre bien, et sans compter que ce dernier n'a pas pour l'instant été optimisé écologiquement pour être comparable sur ce point aux performances des dernières normes de constructions.

Donc effectivement, Notre de Dame des Landes n'est pas, d'un point de vue strict, indispensable et Nantes Atlantique peut tout à fait être optimisé pour tenir les augmentations de trafic, y compris sur du moyen-long terme. Mais au final cela risque fort de coûter très cher tant financièrement qu'écologiquement, bien plus que la construction d'un nouvel aéroport qui dès le départ est conçu pour pouvoir être adapté facilement, sans nécessiter d'optimisations coûteuses.

Et la planète se meurt des solutions à court/moyen terme, c'est la cause principale du réchauffement climatique, on ne réfléchit jamais sur le long terme et ne regarde que les conséquences (positive ou négative) immédiate ou à moyen terme.

Or dans le présent dossier, si on veut vraiment faire du bien à la planète, il faut réfléchir aux conséquence environnementales sur le long terme.
Bien sûr qu'il faut prendre en compte les caractéristiques particulières de la zone de Notre Dame des Landes, et prévoir de sauvegarder les espèces présentes, et la nature est tout à fait capable de s'adapter à un changement tel qu'un aéroport (l'exemple de la réserve de Grand Lieu, proche de l'aéroport actuel de Nantes Atlantique, le démontre bien).
Mais il faut aussi regarder les conséquences écologiques des deux projets (conservation de l'aéroport existant de Nantes Atlantique en l'optimisant, ou construction d'un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes), sur le long terme, et là je n'ai vu aucune étude sérieuse traitant de ce sujet.
Or comme je l'ai déjà dit, rien n'est moins sûr que l'optimisation de l'aéroport actuel tant écologique que pour lui permettre d'accueillir l'augmentation de trafic régulière, soit meilleur pour l'environnement, bien au contraire.

Bref, un écologiste digne de ce nom, soit refuse à la fois Notre Dame des Landes et toute optimisation de l'aéroport existant, et encore cela implique donc par conséquence que les passagers trouvent des alternatives (ce qui peut s'avérer plus polluant), ou supporte le transfert de l'aéroport à Notre Dame des Landes, mais bien évidement en exigeant des garanties tant sur le plan de la sauvegarde des espèces présentes (aussi bien végétales qu'animales), que sur les performances énergétique de l'infrastructure aéroportuaire ainsi construite.

Droit de réponse
vincentbzh mar, 12/01/2016 - 20:38

Nous attendons de la part de presse O un droit de réponse d'un géographe/scientifique favorable au projet...

Car sans droit de réponse, ça vous classe clairement anti NDDL...

Bravo à ceux qui ont eu le courage de lire ce réquisitoire
JANE DOE mar, 12/01/2016 - 18:50

Pas de temps à perdre à déchiffrer cet interminable libelle, publié complaisamment et in extenso sans doute, par la Presse locale. J'ai préféré prendre connaissance des commentaires des internautes qui en ont fait une lecture contradictoire, difficile à obtenir en ce moment, la parole étant toujours donnée aux mêmes. Que ce Monsieur (il est prof de géo ou Procureur ?) retourne à ses chères études. Quelle est sa légitimité pour se mêler de nos affaires ? Qu'il fiche la paix aux Nantais ! Et qu'il réserve son "docte savoir" à ses étudiants.

la légitimité...
Melba mer, 13/01/2016 - 17:43

En réponse à JANE DOE - Bravo à ceux qui ont eu le courage de lire ce réquisitoire

Est-ce que pour être "légitime" vous sous-entendez qu'il faut être de la même opinion que vous ??
On devrait être capables d'échanger des opinions, éventuellement contraires en échangeant nos arguments, et sans insultes ( Rufus...).
Je vous engage à prendre un moment pour lire tout l'exposé de ce monsieur Varlet : il expose les faits, les arguments en faveur de l'aéroport NDDL, ceux en faveur d'une optimisation de N-A, toutes les études environnementales, il offre un aperçu objectif de tous les aspects du problème.
Et c'est en évaluant le pour et le contre qu'il se fait un jugement et qu'il l'expose.
C'est vrai, c'est long à lire, mais sinon, on ne peut critiquer ce qu'on ne connait pas !
Et en plus, c'est très intéressant à lire, prenez le temps...
Vu l'actualité locale, ce savoir doit être accessible à tous les Nantais, pas qu'aux étudiants.

SIPA (Presse Océan-Ouest-France) bas les masques !
observateur44 mar, 12/01/2016 - 17:29

La publication de cet article tendancieux vous situe manifestement dans les rangs des opposants au transfert de l'aéroport.
On est en droit d'attendre de votre part que vous accordiez un droit de réponse aux associations favorables au transfert afin qu'elles puissent réduire à néant les explications pseudo informées émanant d'un personnage spécialisé dans les transports ferroviaires et qui s'est déjà lourdement trompé en matière aéroportuaire, tant pour Aulnat ( Clermont- Ferrand) que dans la région angevine (confllt d'intérêt manifeste ??) .

A l'avenir, choisissez mieux vos "experts"....

Très bien rédigé, mais
Narbona Primero mar, 12/01/2016 - 16:33

Très bien rédigé (par un professeur d'université, on ne peut s'attendre à moins), mais comme tout chercheur en sciences humaines il a tendance à privilégier les données qui vont dans le sens de sa pensée et négliger les autres.

9M de passagers en 2030, ou 2050 ou 2065 selon les sources...pourquoi pas 2100 pendant qu'il y est. Moi je dis 9M en 2023 et 15M en 2030. Je me base sur l'accroissement en 2015 et je le minimise. En quoi suis-je moins crédible?

Difficile de comparer le trafic sur une piste de Roissy avec la piste unique de Nantes: les pistes de Roissy sont dédiées au décollage ou à l'atterrissage, les rotations peuvent donc être plus fréquentes. En nombre de passagers, il faudrait aussi comparer avec des avions de même taille. A Nantes, pas de A380, B747 ou B777, ce qui fait que le nombre de passagers par mouvement est beaucoup plus faible.
Je dirais que la saturation à Bouguenais, c'est 80000 mouvements et 8M de passagers.

Desserte ferroviaire: Jean Varlet qui d'après sa thèse de 3ème cycle (je suis sympa, je ne dirais pas à quel âge il l'a passée) semble spécialiste des réseaux ferroviaires, ignore le projet de voie nouvelle Nantes-Rennes avec liaison vers la Bretagne Sud. Il est vrai que vu de Chambéry, le développement de l' Ouest, on s'en fout un peu.

délais et calculs..
Melba mer, 13/01/2016 - 22:59

En réponse à Narbona Primero - Très bien rédigé, mais

Les prévisions à hauteur de 2030 ou 2050, ne sont pas du fait de Jean Varlet, c'était déjà dans les études faites pour l'aéroport. C'est l'Etat ou Vinci qui, d'emblée allaient si loin..
A propos de la ligne ferroviaire, je ne vois pas l'intéret de la nouvelle ligne Nantes-Rennes pour NDDL.
Il faudrait encore une liaison, même courte entre cette ligne ( un arrêt, : pas évident pour une LGV ), en bus ou navette. Alors qu'il y a un aéroport à Rennes .......
Le mieux serait le tram prolongé jusqu'à NDDL, ce qui n'est pas prévu par ...le chef de travaux Vinci ( intéressé plutôt par ses parkings supposés très rentables ). Et le coût, élévé du tram, à rajouter aux prévisions calculées.... il y a ..., il y a combien de temps ???

des questions simples...
bertrand L mar, 12/01/2016 - 14:42

Monsieur Varlet,
Puisque vous paraissez être un intellectuel, je vous propose de me répondre à mes questions :

Question 1 : Il est intéressant de constater tout le travail que vous avez fourni pour le hub de Clémont-Ferrand... Vous avez parfaitement démontrer que l'aéroport de cette ville est un bel hub !!! Est-ce que le nouvel aéroport pourrait devenir une infrastructure d'une telle qualité que votre aéroport auvergnat pourrait perdre toutes les qualités pour devenir le hub régional ?

Question 2 : vous faîtes référence à Roissy, il faut savoir que les maisons dans le couloir sont rachetées par l'aéroport. Faudrait-il racheter toutes les maisons du centre-ville de Nantes, y compris la grande tour de Nantes ?

Question 3 : vous faîtes référence à l'aéroport de Genève. Il faut savoir que cet aéroport a le record de la plus longue piste. Pour la construire, il a fallu faire un échange de territoire entre la France et la Suisse. L'unique piste de Genève doit être vue comme un piste double, les avions se posant d'un côté, les avions décollant de l'autre... Peut-on faire la même chose sur la petite piste de Bouguenais ?

Question 4 : est-ce que Nantes a le droit de se faire étouffer économiquement par Bordeaux ou Rouen ?

Question 5 : le survol de Nantes n'est possible que parce que le Préfet a signé une dérogation. Normalement, tout survol au-dessus de notre ville serait interdit pour les désagréments... Je me souviens d'un jour où un avion ne pure se poser à Amiens (parce qu'après 10h00) et dure se poser à Nantes. Si les lois avaient été les mêmes entre Nantes et Amiens, l'avion n'aurait jamais dû se poser à Bouguenais. Bref, juridiquement, il suffit d'une association pour interdire le survol de Nantes Pensez-vous que vos arguments juridiques soient plus forts que les miens ?

Merci de répondre à ces quelques questions...

Chacun voit midi à sa porte
job 44 mar, 12/01/2016 - 13:38

Voilà une vingtaine d'années, il me semble que mr Varlet géographe poussait à la construction de Angers Loire Aéroport à la place de l'aéroport d'Angers-Avrillé trop petit.
Ce nouvel aéroport d'Angers n'a recueilli qu'environ 7000 passagers en 2015, loin des 55 000 escomptés au début de la mise en route en 1998.. Et cet aéroport d'Angers ( avec ses deux pistes svp ) est entouré d'une ZAD désespérément vide. Ce n'est pas étonnant car Angers se trouve à une heure de Nantes et à une heure de Paris par le TGV.
Les géographes ont, comme nous citoyens le droit d'évoluer...
Nantes Métropole a droit à son aéroport international. Il est question, à Nantes de plusieurs millions de passagers prenant l'avion et non de quelques milliers. J'avais entendu un géographe affirmer que les villes de l'hémisphère Nord se développent vers le Nord.. Je pense en tant que simple observateur que la ZAD envisagée de 2000 ha avec un aéroport de 180 ha d'emprise, n'aura aucune peine à se remplir. Je comprends que celà chagrine Angers et les autres villes aux alentours.
La situation sur place que je connais assez bien ne peut plus durer. Les gens ne se posent plus de questions comme mr Varlet le savoyard. Si l'indécision persiste, je suis favorable à une votation comme chez les suisses, pour les habitants du 44.

les années et les années..............
Melba mer, 13/01/2016 - 23:04

En réponse à job 44 - Chacun voit midi à sa porte

@job44 : oui, vous voyez comment les choses changent, ne serait-ce qu'en 20 ans. Alors pour les promoteurs d'un aéroport à Notre Dame des landes, dans les années 60/70, c'est bien pire.
"Nantes Métropole a droit à son aéroport international" : on ne peut plus raisonner en terme de développement à outrance. Les voyages par avion sont les plus dangereux en matière de réchauffement et dérèglement climatique. Il ne s'agit pas de ne plus prendre l'avion, mais de ne pas le prendre pour un oui pour un non, et faire en sorte que l'augmentation des passagers ne soit pas exponentielle. On peut penser qu'il y aura encore quelques générations derrière nous, qui auraient droit à une vie décente sans vivre trop de catastrophes climatiques et vivre en bonne santé.
Aurions-nous pu imaginer, il y 20 ans , et même seulement 10, que les chinois devraient porter des masques en ville pour se préserver des particules fines, et vivraient dans un brouillard de pollution quasi permanent ?
Sinon, j'envie les Suisses de pouvoir avoir une votation sur n'importe quel sujet. Eux, ils sont en démocratie !!!! Mais déjà, j'attends les reférendums promis par Hollande ....

Encore un avis contre
vincentbzh mar, 12/01/2016 - 13:36

Ce géographe est très loin d'être objectif.

Un avis politique avant d'être objectif...

Mr ne parle pas du survol de Nantes, des problèmes de sécurité, de bruit... Pour le décollage, comme si il suffisait de tourner 5 secondes plus tôt pour éliminer le bruit... la blague.
Il ne parle pas du manque d'ILS en 21.
Mr souhaite une deuxième piste à Nantes !! Alors que la population survolée sera très importante, des villages entiers à expulser et raser (et au vu des prix des terrains à Bouguenais, ça va coûter très très cher!).
Mr ne parle pas du très mauvais état de la piste, qui est à refaire !
L'urbanisation du sud de l'agglo que va permettre le départ de l'aéroport, est à peine évoqué...

Un gros, un pote à Mme Verchère... et à Cyril !

Vous me faites bien marrez
Fabio mar, 12/01/2016 - 15:01

En réponse à vincentbzh - Encore un avis contre

Vous me faites bien marrez avec vos chipotages sur les HUB, les ILS, les pistes et les nuisances sonores ... pitoyables comme bataille !
Pour la plupart des opposants, le problème ne repose pas sur la technicité de vos parkings à avions, mais sur les conséquences globales d'une telle politique de développement.
Vous pouvez bien vous faire a guéguerre avec vos petits détails mais je vous rappel que "la maison brule" toujours !
Il y a déjà largement assez (trop) d'avions au dessus de nos têtes, parler d'augmenter le trafic aérien devient un crime ! Monde de fous ..................................................................................................!

excellent, ce lien !
Melba jeu, 14/01/2016 - 00:06

En réponse à Cyril - Enfin un avis objectif ! celui d'un géographe

J'ai lu cet interwiev.
Et là, c'est incontestable, venant de quelqu'un du métier et, qui plus est, ancien Président de Régional Airlines ! Et ayant dirigé de nombreuses compagnies aériennes.
On peut toujours refuser d'admettre des vérités, mais il est impossible de rejeter ce qu'il affirme sans faire preuve d'un énorme parti pris et de se montrer quelque peu obtus.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.