Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Le sénateur (LR) Trillard et le « laxisme de l'État »

0 04.06.2015 18:44
André Trillard, sénateur de Loire-Atlantique (Les Républicains)

André Trillard, sénateur de Loire-Atlantique (Les Républicains)

Photo archives PO-Olivier Lanrivain

Ce jeudi 4 juin, le sénateur (LR) André Trillard a vivement critiqué l'attitude de l'État dans le dossier du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes actuellement en panne.

« Sur place, des « zadistes » aux airs de beatniks se sont installés. La gauche et le gouvernement ont peur. Rappelons-nous que les quelque 1 600 hectares ont été achetés il y a trois ans, que la route départementale 381 est fermée depuis deux ans - une première depuis l'ex-Yougoslavie », a expliqué le sénateur de Loire-Atlantique, André Trillard (Les Républicains, provoquant les rires dans les rangs de la droite.

« Quand comptez-vous faire appliquer le droit ? »

« Deux cents personnes campent sur le terrain, une économie dite nouvelle s'y développe. Les habitants des communes alentour sont scandalisés par cette zone de non-droit, les élus par le laxisme des services de l'État. Pendant ce temps-là, des sommes fabuleuses sont dépensées à proximité de l'aéroport actuel, comme si le transfert était décidé. Transfert du marché d'intérêt national, le deuxième de France après Rungis : 70 millions d'euros. Construction d'un CHU qui n'ouvrira peut-être pas ses portes à cause des nuisances : un petit milliard d'euros... », a poursuivi l'élu de Saint-Gildas-des-Bois avant d'interroger le secrétaire d'Etat en charge des Transports, Alain Vidalies (PS) : « Quand comptez-vous faire appliquer le droit, et sortir du dilemme où vous enferment vos alliés verts ? »

Ce dernier a rappelé qu' « une commission en 2012 a validé le projet. Ses études, qui ont montré que 80 000 personnes subiraient bientôt les nuisances dues à l'aéroport actuel et que son aménagement coûterait aussi cher que la construction du nouveau, sont soumises à un débat contradictoire. Le Gouvernement est attaché à respecter les règles scrupuleusement : plus de 50 recours déposés par les opposants ont déjà été rejetés par la justice. L'État s'oblige à respecter les prescriptions environnementales, qu'il s'agisse de la qualité de l'eau ou des espèces protégées ».

Pas de travaux avant le jugement des recours

Et le secrétaire d'État de conclure : « Le gouvernement ne commencera pas les travaux avant le jugement du recours qui ne devrait pas tarder ». Dans les semaines à venir, le tribunal administratif de Nantes doit en effet examiner les recours déposés par les opposants à l'aéroport qui contestent la validité des quatre arrêtés préfectoraux de décembre 2013 sur la Loi sur l'eau et les espèces protégées. Arrêtés devant permettre le lancement des travaux de la plateforme aéroportuaire et de sa desserte.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.