Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Manuel Valls souhaite un référendum "avant l'été "

6 13.02.2016 09:36
"Il faut que le référendum ait lieu avant l'été et assez rapidement", a indiqué Manuel Valls

"Il faut que le référendum ait lieu avant l'été et assez rapidement", a indiqué Manuel Valls

Le gouvernement espère organiser "avant l'été" le référendum sur le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes , selon le Premier ministre Manuel Valls, qui assure que le projet serait "abandonné" en cas de non mais devra se faire si le oui l'emporte.


"Il faut que le référendum ait lieu avant l'été et assez rapidement", afin de permettre à d'éventuels travaux de commencer en octobre, a dit le chef du gouvernement à quelques journalistes en marge d'un déplacement à Munich (Allemagne).


M. Valls, favorable au projet, a toutefois assuré que ce ne serait pas une consultation "oui ou oui", mais qu'il faudrait "que tout le monde accepte le verdict".


"Si les gens votent non, le projet s'arrête, l'affaire est entendue. La consultation, ce n'est pas oui ou oui. Si c'est non: c'est fini, le projet est abandonné", a-t-il promis.
"Mais si les gens votent oui, certains continueront à contester. Certains devant la justice, et certains même ne voudront pas évacuer" la zone, actuellement occupée par des "zadistes" opposés à l'aéroport.


"Si le oui l'emporte, il faut que le projet puisse se faire", a défendu le Premier ministre.
Face à un dossier dans l'impasse, le gouvernement espère tirer une légitimité nouvelle de cette consultation. Notamment pour procéder à une évacuation des occupants de la désormais célèbre "zone à défendre" (ZAD), une opération qui nécessite d'importantes forces de gendarmerie.


Cette consultation, annoncée jeudi soir par François Hollande après le retour d'écologistes au gouvernement, "est aussi un moyen de sortir par le haut" du conflit, a plaidé M. Valls.
Ce référendum local reste encore entouré de plusieurs points d'interrogation, quant à son périmètre local et sa solidité juridique.


Matignon a fait savoir vendredi que le vote serait "défini à l'initiative des collectivités locales" et suggéré que le périmètre du scrutin soit le département de la Loire-Atlantique.
Outre l'ex-patronne d'EELV Emmanuelle Cosse, hostile au projet, le remaniement de jeudi a été marqué par la nomination aux Affaires étrangères de l'ancien Premier ministre et ex-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, grand avocat du projet de nouvel aéroport nantais. 

 

AFP

Commentaires (6)

Prévisible précipitation
per_ewan lun, 15/02/2016 - 11:18

Si l'échelon départemental pour ce référendum est à mon avis le plus cohérent, la volonté de précipiter sa tenue, avant l'été donc dans les quatre mois qui viennent, trahit un vrai mépris pour le débat et la démocratie.
Pour une fois qu'on nous demandera notre avis, sur un vrai sujet de surcroit, il faudrait que cela se fasse à la va-vite. Il y a tant d'idées qu'on n'a jamais lu ni entendu, il faudrait se laisser le temps de les entendre et d'en débattre. Notons que dans la configuration d'une consultation dans de tels délais, le déséquilibre des forces médiatiques, déjà largement en faveur des pro-aéroport, ne pourrait que s'amplifier. Il y a un monde entre des collectivités et des lobbies qui peuvent se permettre de payer des équipes de comm' (en ponctionnant allègrement les fonds publics) et des militants politiques ou associatifs qui ne peuvent compter que sur leurs propres forces, avec les contraintes temporelles liées au travail, à la famille, etc.
Décidément, ce système politique est allergique à la démocratie.

L'hostilité d'E.Cosse
Vert-à-citer lun, 15/02/2016 - 02:37

E. Cosse a déclaré q'elle s'était bien renseignée avant de prendre position contre l'aéroport de NDDL C'est tout a fait inexact. Elle a trouvé cette position comme un dogme dans sa corbeille de serétaire générale d'EELV et n'a pas cherché à en savoir plus.
Si elle avait cherché, voilà ce qu'elle aurait trouvé. Ni les Verts , ni EELV n'ont mené un débat démocratique sur le sujet. Dominique Voynet , d'abord favorable, a renié sa position lorsqu'elle
s'est retrouvée en rivalité avec Y.Cochet pour la candidature à la présidentielle . De Rugy pour ne pas faire obstacle à ses ambitions électorales sur le secteur a tout fait pour neutraliser le débat interne sur la question.
Et cela ne gêne pas aujourd'hui E. Cosse, en s'opposant à NDDL, de renvoyer du trafic vers un ciel de Paris déjà saturé. EELV complice du centralisme jacobin. Qui l'eu cru ! Dans son fascicule concernant les Régionales en Ile de France E. Cosse n'a pas eu un mot pour évoquer la souffrance des riverains des aéroports parisiens En fait sur ce sujet comme sur bien d'autres c'est l'incapacité d'EELV de définir une politique cohérente au niveau national.

Alors dans l'absence de cohérence et de réflexion politique...pourquoi ne pas devenir ministre du logement...et risquer de renouveler le fiasco de C. Duflot. Les écologistes ont atteint le niveau zéro de la politique; il ne subsiste que leurs ambitions personnelles.

Un bon choix
pi.cormerais sam, 13/02/2016 - 19:42

Qui sera concerné: Les ville de Notre Dame des Lande et Nantes (Rezé, Bouguenais) en premier lieu, après la Loire Atlantique . Combien de travailleurs du sud Loire sont appelé à devoir partir pour le nord Loire et devront soit faire la route, soit déménager pour garder leurs travail. Les personnes qui vivent prés de l'aéroport Nantes Atlantique on choisit de installer là et il ne faut pas qu'ils viennent ce plaindre pour le bruit des avions. Pourquoi à Nantes les personnes qui vivent Boulevard Stalingrad face à la gare ne demandent-ils pas de mettre des murs anti-bruit. Quand à la création d'emploi, elle ne sera que de courte durée le temps de construire les pistes et la tour avec des travailleurs détachés de la CE

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.