Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Aéroport : et si le projet Notre-Dame-des-Landes était arrêté…

4 30.01.2014 06:00
Les opposants à l'aéroport ont prévu une manifestation à Nantes le 22 février.

Les opposants à l'aéroport ont prévu une manifestation à Nantes le 22 février.

Archives PO-Nathalie Bourreau

C’est un acteur-clé du projet, grand défenseur de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et proche de hiérarques socialistes, qui confirme l’information sans surprise: dans cet épineux dossier, « rien ne bougera avant les municipales » des 23 et 30 mars. L’échéance des européennes, le 25 mai prochain, risque également faire office d’épouvantail politique, abonde un élu socialiste nantais de premier plan. Et ce, même si des scénarii officiels projettent encore une intervention des forces de l’ordre "en avril" ou "en juin". Toute certitude vole désormais en éclats: « L’an passé, on a eu en main des feuilles d’opération qui n’ont jamais vu le jour… »

La grande question reste de savoir "à quel moment le contexte politique permettra de démarrer ces travaux". La menace d'un abandon plane, selon ce partisan opiniâtre du projet. "Plus on tergiverse, plus le coût du projet va augmenter. Le retard engrangé l’an passé est déjà chiffré à 50 millions d’euros."   En cas d’atermoiements incessants, le budget, actualisé à l’aune des indices de construction, menace de flamber. « A terme, le risque, c’est de ne plus avoir de solution pour le plan de financement. » La trêve actuelle a été mise à profit « pour refaire les comptes. Les calculettes chauffent. Un expert a réellement planché sur les pénalités dues à Vinci, promoteur de la plateforme, en cas d’abandon. » L’estimation réalisée ferait ainsi état d’une « somme dépassant les 90 millions d’euros ».

Mikaël Doré, sous-préfet en charge du dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, récuse catégoriquement toute idée d’abandon du projet. « Désormais, on a toute latitude pour réaliser les travaux. Sur le terrain, des repérages sont actuellement menés en vue de préparer l’opération de transfert des espèces protégées. Rien ne nous interdit de passer à l’action. »

Dossier complet ce jeudi dans Presse Océan.

Commentaires (4)

on serait nombreux à aller leur présenter la facture!
fgravouil jeu, 30/01/2014 - 21:26

Ca y est! Observateur44 change son fusil d'épaule et parle même de demander des comptes aux élus qui ont soutenu ce projet pour qu'ils remboursent eux-même les 90 millions d'euros. Mais on peut aussi ajouter tous les frais policiers de l'hiver 2012 ( plusieurs millions d'euros et des victimes par centaines). Quelle aberration tout ce projet d'aéroport et cette mégalomanie libérale entre le public et le privé. Il est temps de se rendre compte de l'arnaque, car perdre 90 Millions, c'est peu face aux centaines de Millions promis par Ayrault. En effet, car dans le contrat de concession y'a une clause de 12% de rentabilité, si Vinci ne les fait pas, l'Etat paie la différence (donc les contribuables...) pour l'enrichissement des actionnaires. C'est hallucinant de signer des contrats comme ça à l'avantage d'entreprises privées.
Voit-on enfin le bout du tunnel sombre de cette arnaque capitaliste?

Mais Cyril
observateur44 jeu, 30/01/2014 - 12:17

En réponse à Cyril - 90 millions d'euros ? une masse d'eau...

l'écotaxe...c'est le bébé du Grenelle de l'environnement qui a tant enthousiasmé nos écolos . Si tu supprimes l'écotaxe, ils vont être Verts de rage.
Si tout ça devait coûter 90 millions d'€uros, crois moi, nous serions nombreux à aller leur présenter la facture dans leurs permanences et leur rendre la vie impossible.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.