Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Politique Jean-Marc Ayrault (PS) ne "bulle" pas

4 18.07.2013 21:29
Jean-Marc Ayrault (PS) entame son deuxième été à la tête du gouvernement.

Jean-Marc Ayrault (PS) entame son deuxième été à la tête du gouvernement.

(Photo AFP)

Il y a un an, Jean-Marc Ayrault (PS) avait rapidement écorné son image lisse de tout nouveau Premier ministre à l’issue d’un premier été mal géré en terme d’image et de communication. 2013 ne sera pas 2012 semble-t-il et même si le chef du gouvernement a négocié auprès de François Hollande deux pleines semaines de trêve début août, l’heure est encore en ce mois de juillet à l’action politique tous azimuts. Après avoir enchaîné ces jours derniers les gros dossiers et les thématiques fortes du quinquennat, J.-M. Ayrault s’apprête à aborder une semaine sous le signe du « voyage ». Mais pas encore d’agrément. Il débutera certes modestement par un déplacement en Isère ce lundi 22 juillet afin d’annoncer le nouveau programme de développement de nanotechnologies baptisé « Nano 2017 ».

Grenoble, La Corée, La Malaisie...

Mais après Grenoble, c’est un périple beaucoup plus conséquent qu'entreprend le Nantais. Ce dernier va se rendre successivement en République de Corée puis en Nouvelle Calédonie et enfin en Malaisie du jeudi 25 au lundi 29 juillet. Cette activisme affiché devrait lui éviter cette sortie sur un ton agacé en septembre 2012 où répondant sur les ondes de France Inter à une question ciblant son repos estival, il avait lâché qu’il n’avait pas « bullé » pendant ses « deux pauvres semaines de vacances ». Ajoutant "Vous pensez que si simplement j'avais été buller comme on dit, j'aurais été capable le 22 août après 15 jours de vacances de présenter le programme de l'action gouvernementale ?". Un an après ce démarrage laborieux, Jean-Marc Ayrault enregistre ce mois-ci une cote de confiance à 28% (+1 point) selon le baromètre Ipsos-Le Point publié lundi. Quant à sa popularité, elle retombe à 45 points (- 3) de bonnes opinions en juillet contre 48 points en juin (baromètre mensuel Ifop-Paris Match, publié mardi).

M. Dejean

Commentaires (4)

"Buller"
JANE DOE ven, 19/07/2013 - 20:00

Je ne vois pas en quoi l'incapacité notoire de not' ex-bon Maire de Nantes à exercer le poste de Premier Ministre serait imputable aux commentaires hargneux de journaleux parigots ! Certes, c'est pas la crème de la déontologie, ils se marchent dessus allègrement, c'est la guerrrre !
Et quand le Seigneur Arnaud (DE !) Montebourg déclare que M. Ayrault dirige le Gouvernement comme il dirigeait Nantes, ce n'est pas un compliment ! Et il a eu l'audace de le dire sans se faire virer ! Tout le monde sait qu'à Nantes M. Ayrault était un austère qui ne se marrait pas du tout et qui confisquait tous les pouvoirs et les décisions, tel un Kaiser en bon prof d'allemand qu'il était.
Le problème maintenant c'est que les ministres pléthoriques qui ont chacun leur gros ego ne veulent pas s'en laisser comter (ou compter pour leur budget ?), chacun essaie de tirer la courverture à soi. Résultat : cacophonie, couacs, rétro-pédallages, confusions, incertitudes, interrogations des Français sur leur avenir, Impôts à tour de bras, taxes, suppressions de quelques petits avantages pour les gens "d'en bas" (sauf pour les fonctionnaires), retraites en baisse (sauf pour les fonctionnaires). Les entrepreneurs, producteurs de richesses peuvent aller se faire voir, la Gauche ne les aime pas et les impose en long en large et en travers etc...
Pour terminer, je voudrais signaler que M. Ayrault ne cause pas bien français : on ne dit pas : "... si j'avais été bullé..." mais : "si j'étais allé buller". De toutes façons, le résultat est le même !

Abus de songage(s)..
observateur44 ven, 19/07/2013 - 18:27

@tatavertou

"Le mal est fait " ...Quel mal ?
Celui du harcèlement, de la dictature d'une opinion publique manipulée par le microcosme journalistique parisien ?
Etre provincial pour certains est, semble-t-il, rédhibitoire et constitue à leurs yeux un vrai handicap !
Le pays en a assez de ce parisianisme mal embouché où seule la critique univoque et non motivée semble être la norme.
Le démarrage de JMA n'a eu de "laborieux" que la légèreté des commentaires qui loin de l'accompagner dans l'effort de redressement devenu urgent et incontournable, lui ont, de bon cœur, savonner la planche. Sans doute qu'aux lendemains de l'élection présidentielle, les gesticulations du prédécesseur leur manquaient déjà .

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.