Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Politique Jean-Marc Ayrault redescend dans l'arène comme "simple" député PS

0 06.05.2014 00:45
Jean-Marc Ayrault, ex-Premier ministre, lors de son retour à Nantes, le 1er avril

Jean-Marc Ayrault, ex-Premier ministre, lors de son retour à Nantes, le 1er avril

(Photo Presse Océan, Nathalie Bourreau)

Jean-Marc Ayrault a-t-il le sens du symbole ? Ou est-ce tout simplement le hasard du calendrier ? C’est quoi qu’il en soit en ce mardi 6 mai 2014, jour du deuxième anniversaire de l’élection de François Hollande à la présidence de la République, que l’ex-maire PS de Nantes doit faire son retour à l’Assemblée nationale. Un lieu qu’il connaît bien puisqu’il entra pour la première fois au Palais Bourbon en 1986. Parlementaire jusqu’en 2012, il fut aussi, quinze ans durant, le président du groupe PS à l’Assemblée (1997-2012). Ce matin, Jean-Marc Ayrault, 64 ans, devrait retrouver son ancien bureau après avoir quitté le 31 mars dernier celui de l’Hôtel Matignon qu’il occupa un an, dix mois et seize jours (il fut nommé le 15 mai 2012). Pour cette reprise, l’agenda n’est certes pas aussi dense que celui d’un Premier ministre mais il comporte néanmoins trois rendez-vous ce mardi : réunion hebdomadaire des députés PS en matinée ; déjeuner en compagnie d’autres élus avec Louis Gallois, commissaire général à l’investissement (le CICE, crédit d’impôt pour la compétitivité emploi, devrait être au menu) et séance de questions au gouvernement cet après-midi. Les regards vont forcément se tourner vers celui qui devrait siéger désormais au sein de la prestigieuse commission des Affaires étrangères présidée par Élisabeth Guigou. Son statut d’ancien chef de gouvernement donnera un poids particulier à ses déclarations. Conscient de cette situation, Jean-Marc Ayrault a d’ailleurs joué la carte de la discrétion depuis son retour du Vietnam (il a notamment visité Hô-Chi-Minh-Ville). Aucune déclaration publique depuis sa descente du TGV le 1er avril en gare de Nantes. Tout au plus quelques SMS pour confirmer alors sa volonté de « prendre du recul ». Mais le temps de l’action politique est revenu et ses proches l’assurent : « Il n’y a pas de rancœur et il veut mettre son expérience au service de la réussite du gouvernement ». Pas question donc de « gêner » Manuel Valls qui conserve en outre un niveau élevé de popularité alors que son prédécesseur avait rapidement chuté après sa nomination pour atteindre en ce début d’année des records d’impopularité. « Il va servir, mais d’une autre manière », souligne l’entourage de Jean-Marc Ayrault qui insiste sur le fait que le Nantais « a toujours été un adepte du jeu collectif ». Pas de couac en perspective donc, si l’on en croit les déclarations des uns et des autres. Et dans moins d’une semaine, le lundi 12 mai, Jean-Marc Ayrault sera sur la scène politique nantaise à l’occasion d’un meeting européen à Rezé, aux côtés de l’Allemand Martin Schulz, candidat de la gauche européenne au poste de président de la Commission, et d’Isabelle Thomas, tête de la liste PS pour le Grand Ouest.

M.D.

Plus d'informations dans Presse Océan du mercredi 7 mai

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.