Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Politique L’été, même le PS voyage à Nantes

0 09.02.2016 06:00
Johanna Rolland, maire PS de Nantes.

Johanna Rolland, maire PS de Nantes.

PHOTO PO-NATHALIE BOURREAU

L’université d’été du PS jette l’ancre à Nantes. Sans se piquer de politique, le monde économique applaudit.

Et Nantes rafla - sans forcer son talent - l’université d’été du PS au nez de La Rochelle, ville-hôte de l’événement depuis 22 années. « Nous n’avons rien demandé, note Johanna Rolland, maire socialiste. Quand Jean-Christophe Cambadélis (Ndlr : Premier secrétaire du parti socialiste) m’a appelé il y a plusieurs semaines pour me proposer d’organiser l’édition 2016 à Nantes, j’ai donné mon accord à condition que ce soit pour faire une université « nouvelle formule ». Jean-Christophe m’a confirmé qu’il souhaitait ouvrir cet événement aux forces de gauche, aux écologistes, à la société civile et aux forces associatives. Ce qui correspond à ma vision politique, à la façon dont la gauche travaille à Nantes. »

Le PS entend se refaire une santé avec cette cure en bord de Loire programmée du 26 au 28 août. À Solférino, siège du parti, on rêve de « nouvel élan ».

« Nantes offre une image dynamique, ouverte, abonde le député Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre PS. Une image de rassemblement. Choisir la 6e ville de France, gérée par le PS depuis 26 ans, c’est aussi un message politique. C’est ce que m’a dit Jean-Christophe Cambadélis. »  

Sans se piquer de politique, hôteliers et restaurateurs se frottent les mains. L’université d’été du PS signifie l’afflux au bas mot de 2000 élus et militants. Qui vont se loger dans la ville, se déplacer et se restaurer. « Dès qu’un congrès d’une grande importance arrive sur Nantes, c’est très porteur et en particulier pour l’hôtellerie, se félicite Philippe Quintana, du groupe national des indépendants (GNI) grand ouest. Surtout en cette période de la fin août, où les taux de fréquentation sont assez bas (…) Et puis cela montre, s’il en était besoin, que la ville est un véritable bastion socialiste. Mais qui en doutait ? »

Lire notre dossier complet dans Presse Océan ce mardi 9 février.

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.