Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Plages polluées: les hydrocarbures en cause proviendraient "de fonds anciens"

0 11.02.2014 11:58
Hier, à Saint-Brévin, le ramassage de boulettes de pétrole était encore en cours.

Hier, à Saint-Brévin, le ramassage de boulettes de pétrole était encore en cours.

Photo Presse Océan-Nicolas Aufauvre

Depuis vendredi, plusieurs communes littorales de la Loire-Atlantique ont été touchées par une pollution aux hydrocarbures. La Vendée et le Morbihan ont également subi ce phénomène depuis la fin de la semaine dernière. Les maires des communes concernées ont pris un arrêté d’interdiction d’accès aux plages. L’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire a diffusé des recommandations sanitaires et la pêche à pied de loisir est interdite.

Confrontées à des opérations importantes de ramassage de boulettes de pétrole, trois communes - Le Croisic, Saint-Brévin et Saint-Michel-Chef-Chef - ont décidé de saisir la justice.

L'hypothèse d'un dégazage non validée

La préfecture vient de révéler que les premières analyses effectuées par le « CEDRE » (Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux) montrent que "les hydrocarbures en cause proviennent de fonds anciens ce qui ne valide pas à ce stade l’hypothèse d’un dégazage".

Aides financières pour les communes

En ce qui concerne la prise en compte des déchets, les communes ayant subi la pollution ont mobilisé les agents des services techniques municipaux et du matériel, appuyées par les sapeurs-pompiers du service départemental d’incendie et de secours de la Loire-Atlantique et les équipes du Département. Les services de l’Etat et notamment la DREAL définissent actuellement les conditions de prise en charge et de traitement des matières recueillies, rapporte la préfecture. "Les communes du littoral Atlantique les plus touchées par l'arrivée de boulettes d'hydrocarbures sur leurs plages pourront être aidées financièrement, même si le plan Polmar n'a pas été déclenché", a annoncé Philippe Martin, ministre de l’Ecologie et ce, même si le plan Polmar, plan d'intervention déclenché en cas de pollution marine importante, n'a pas été activé.

Le préfet de la Loire-Atlantique indique qu'il transmettra au ministre "les éléments qui permettront au fonds Polmar de prendre en charge les dépenses exceptionnelles liées à cette pollution".

Plus d'informations ce mercredi dans Presse Océan.

 


 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.