Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Procès Barbot Didier Barbot raconte la nuit du meurtre de sa femme

0 21.01.2016 17:31

Ce jeudi, l'accusé Didier Barbot a été interrogé pendant près de 4 heures par la présidente puis les avocats à la Cour d'assises de Nantes. Il a notamment raconté comment, avec sa maîtresse Stéphanie Livet, il a tué sa femme Anne Barbot.

La présidente : "Expliquez-nous comment les choses sont passées ce soir-là..."
Didier Barbot : "Donc, ce soir-là. Stéphanie m'a appelée vers 20 h, je sais pas trop. Elle était prête à venir pour tuer Anne."

En accord avec vous ?
Didier Barbot : "Dans les deux derniers jours on avait décidé ça oui."

- Pourquoi ? 
Didier Barbot : "Je ne sais pas l'expliquer. Je n'arrivais pas à dire à ma femme que j'avais une relation, un petit garçon"

- Donc il valait mieux la tuer ?
Didier Barbot : "Ben, j'ai pas trouvé d'autre solution"

Et pourquoi vous ne divorcez pas Monsieur ?
Didier Barbot : "Je ne pouvais pas faire ça à Anne (sanglots). Lui dire que je la trompais depuis deux ans et que j'avais un petit garçon..."

La présidente : "Mais ce que vous projetez de faire est quand même bien pire Monsieur..."

Didier Barbot : "Oui, je sais. je ne sais pas l'expliquer. je ne pouvais pas affronter Anne pour lui dire ça, c'était impossible."

La présidente :" Mais monsieur, si Mme Livet arrive ce soir-là chez vous, ce n'est pas un hasard ?"

Didier Barbot : " Ben non, y'avait rien de prévu. On avait défini le scénario si l'on peut dire. Elle devait venir chez moi le soir, rentrer par la porte du garage que j'aurais laissée ouverte avant... Et donc, ça s'est passé comme ça. Elle attend ma femme avec la galettoire dans le garage. ..."

" C'est elle qui coupe le compteur en rentrant par la porte-fenêtre. Ensuite, Anne automatiquement, elle ira mettre le courant. Mme Livet, elle attend dans le noir. Moi je suis réfugié dans les toilettes pour avoir l'excuse de ne pas aller remettre le compteur"

Ensuite, " Stéphanie devait frapper Anne pour l'assomer."

La présidente : "Pourquoi elle ?"
- "Parce que moi, je ne suis pas capable d'affronter Anne"

- Et elle oui ? 
Didier Barbot : " Ben elle l'a fait". ;" Elle frappe pour la tuer, sur la tête. C'est elle qui devait la tuer, ah oui oui"

 " Quand le courant est coupé, Anne dit 'Didier y'a quelqu'un !" Quand je suis arrivé dans le garage, elle se tenait toutes les deux les poignets. Je vois les ombres. Il fait noir mais y a un portable par terre."

" Stéphanie n'avait pas assez de forces. Ou elle n'a pas tapé comme il fallait je ne sais pas"

" Je prends une bûche sur le tas de bois et j'assomme Anne"

" Après Stéphanie, elle prend une corde qui traîne à côté du tas de bois et elle etrangle Anne en se mettant derrière"

" Elle serre avec la corde. Elle fait un seul noeud quoi. Anne ne bouge pas non. Mais je ne suis pas resté longtemps. Je ne pouvais pas voir ça, je n'en sais rien, j'ai eu peur, j'ai fui..."

" Je ne peux pas vous dire si Anne était vivante entre le coup de bûche et l'étranglement"

" Je pense que j'ai pris un café pendant l'étranglement. ça a pris plus d'un quart d'heure..."

 " Stéphanie après, elle revient dans la salle à manger. Et elle me dit que c'est fini, que Anne est morte et là, elle me dit qu'elle va chercher Noah. Et elle va chercher son fils... Et là, on a peut-être été plus d'une heure à discuter"

" Et moi j'ai dit 'on ne peut pas laisser Anne là, comme ça, dans le garage... Il fallait qu'on la cache"

 " C'est moi qui décide de mettre Anne dans le coffre. Mais brûler, c'est Stéphanie qui a eu l'idée"

 

Live Blog Procès Barbot J6

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.