Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Projet d'aéroport Le sous-préfet Stephan de Ribou conforté dans sa mission

0 08.05.2017 16:17
Stéphan de Ribou, sous-préfet chargé du dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Stéphan de Ribou, sous-préfet chargé du dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Yan Gauchard

Depuis le jeudi 4 mai, le sous-préfet Stephan de Bossoreille de Ribou est officiellement autorisé à signer les correspondances et actes relatifs à la mise en œuvre et du suivi de la Mission interrégionale de coordination et de la construction de la plateforme aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes.

Cette délégation de signature lui a été accordée par arrêté préfectoral. Elle intervient une semaine après l'arrêt de la procédure de contentieux européenne qui opposait Bruxelles aux autorités françaises sur le non-respect de règles communautaires environnementales dans le projet d'aéroport.

Cette procédure était le dernier obstacle au lancement des travaux. Mais pour le Syndicat mixte aéroportuaire, qui reconnaît que tout est prêt pour le lancement de ces derniers, il n'y a rien à interpréter dans cet arrêté : « M. de Ribou est déjà chargé du dossier (ndlr : depuis mai 2015). C'est donc une suite logique. Et ce sera facilitateur le moment venu. Notamment s'il faut relancer les procédures d'expropriation », constate Marc Bouchery, le directeur du Syndicat mixte aéroportuaire.

Ce lundi, au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron à la Présidence de la République, le Syndicat mixte aéroportuaire entend par ailleurs jouer un rôle de facilitateur pour permettre l'avancée rapide des travaux de l'Aéroport du Grand Ouest. Le 6 avril dernier dans l'Emission Politique sur France 2, Emmanuel Macron avait pris l'engagement de « faire respecter la consultation » du 26 juin 2016 au cours de laquelle 500 000 électeurs se sont exprimés sur le transfert de l'aéroport Nantes Atlantique. Parmi eux, 55% l'appellent de leurs vœux.

Emmanuel Macron avait ainsi évoqué la nomination d'un médiateur pour une durée limitée à 6 mois, précisant qu'« à l'issue de ces 6 mois, je ferai évacuer la zone, avec les forces de l'ordre qui s'imposent si l'on n'a pas réussi à faire baisser la pression. »

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.