Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Région nantaise Ces assistantes maternelles qui manquent d'enfants

4 15.10.2015 21:35
Photo PO-OL

Des assistantes maternelles cherchent d'autres enfants à garder.

OLIVIER LANRIVAIN

Certaines assistantes maternelles sont en difficulté sur le territoire de Nantes métropole. Yveline Clergeau est assistante maternelle depuis neuf ans à Nantes, dans le quartier Pont-du-Cens. Pour la première fois, elle s’inquiète. « J’avais deux places disponibles en septembre et depuis le mois de mai, j’ai eu deux appels. Je n’ai jamais vu ça. D’habitude, on trouve des enfants par le bouche-à-oreille. Cette année, c’est très compliqué. » La situation des assistantes maternelles est très variable selon les villes de la métropole et même selon les quartiers nantais ou encore de Rezé : « En centre-ville de Nantes, c’est la pénurie de nourrices, explique Véronique Gousseau, présidente de l’association nantaise des assistantes maternelles, qui rassemble 185 professionnelles. Mais dans d’autres quartiers et d’autres communes, il y a des assistantes maternelles au chômage. Il y a souvent un décalage entre les demandes des parents et l’offre de garde. On a beaucoup de demandes de temps partiel avec des horaires très atypiques, très tôt le matin et tard le soir. »

A Nantes, l'offre est assez variée. 400 places devraient être prévues en plus d'ici 2020. Les modes de gardes sont très différents. L'un d'entre eux prend de l'essor dans la région nantaise : les crèches interentreprises. La première est née en 2005 dans le secteur d'Atlantis à Saint-Herblain. La dernière en date est à Sainte-Luce-sur-Loire. Elles peuvent s'adapter aux horaires atypiques des parents.

Plus d'informations dans Presse Océan de vendredi 16 octobre

Commentaires (4)

Accessibilité dans le coeur de ville
Cyril ven, 16/10/2015 - 10:55

La pénurie de nourrisses dans le coeur de ville s'explique par sa quasi inaccessibilité.

Entre nous, une nourrisse qui vit en dehors de Nantes ne va pas être motivée à se coltiner parfois près de 2 heures de transport aller retour pour garder l'équivalent de 3 heures des enfants, sachant qu'il faut faire la même chose deux fois dans la journée : une fois le matin (emmener les enfants à l'école), une fois le soir (aller chercher les enfants à l'école).

Pour répondre à Cormerais
fabd4449 ven, 16/10/2015 - 09:52

Les parents difficiles doivent évidemment exister (en même temps il est normal d'être difficile quand on parle du mode de garde de son enfant).

Mais aux nourrices aussi de s'adapter, certaines ne veulent pas d'horaires atypiques, ne veulent pas travailler tel ou tel jour etc... tous les parents n'ont pas des métiers avec des horaires types 9h-17h (on leur impose des horaires)

Je sais bien que les nourrices ont une vie de famille, je ne dis pas de tout accepter, mais il faut qu'elles soient beaucoup plus souples, sinon la fin de l'article donnera une vision de ce qui arrivera de plus en plus

Parents trop difficiles
pi.cormerais ven, 16/10/2015 - 09:15

Parents trop difficiles, horaire plus que dépassant les limite, à la convenance des parents tout en restant dans les 35 heures l’égal, les nourrices ont une vie familiale aussi. Le souci des nourrices provient surtout des parents qui ne souhaitent pas mettre leurs enfants dans certain quartier de Nantes et qui ne les laisse chez la nourrice que le temps d’avoir une place en crèche sans en parler à cette dernière.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.