Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Régionales Du côté des candidats, c'est "budgets serrés et comptes bien gardés"

0 24.10.2015 06:04
Les élections régionales ont lieu les 6 et 13 décembre.

Les élections régionales ont lieu les 6 et 13 décembre.

Archives PO

Prudence et sobriété: les candidats promettent de compresser leurs frais de campagne. Malgré de gros écarts.

« Secret défense. » Les candidats à l’élection régionale sont parfois économes… de détails en ce qui concerne leurs budgets de campagne. "Il y aura évidemment une transparence complète de nos comptes au soir du deuxième tour, note Christophe Clergeau (PS). Mais on ne va pas dévoiler maintenant le montant exact du budget prévisionnel. Ce serait fournir une indication capitale à nos adversaires sur ce que l’on est en capacité de faire ou pas."

Officiellement, le montant maximal des dépenses, pour chaque candidat, est fixé à 1 082 402 €. Main sur le cœur, ces derniers assurent qu’ils seront bien en deçà de ce plancher. « Ça n’a rien de mirobolant, soutient-on en coulisses. Cela représente 30 centimes/habitant. C’est deux fois moins que les départementales. »

L’État remboursera 47,5 % de ce plafond aux candidats rassemblant 5 % des suffrages exprimés. Soit 514 141 €.

Pascal Gannat (FN), qui s’appuie sur deux salariés durant 3 mois, table sur 450 000 € de frais. Cet ancien chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen a contracté un emprunt - intérêts fixés à 6 % - auprès de la Cotelec, structure créée par l’ancien président du FN. Son plus gros poste de dépense sera l’envoi d’un document A5 en quadrichromie à tous les foyers des Pays de Loire. Soit une facture de 200 000 €. « Aux Départementales, le FN nous avait fourni un document-modèle de 8 pages. C’était très lourd et très coûteux. Cela représentait 4,5 tonnes de papier pour la Sarthe! »

L’équipe de Bruno Retailleau (Les Républicains), qui compte deux salariés et demi, vise le plafond remboursable. « Le budget n’est pas tout à fait figé, ça dépend de la fin de campagne. » « Il y a une part de bluff, chacun s’observe, toutes les actions sont décortiquées », admet-on dans les QG.

Logiciel de campagne

En guise de dépenses exceptionnelles, le PS, qui a recruté 4 salariés pour l'élection, a eu recours au politologue Jérôme Jaffré. Et mise sur un logiciel développé par une start-up de stratégie électorale ciblant les zones où il s’avère judicieux d’accentuer sa présence.

Dossier complet dans Presse Océan ce samedi 24 octobre.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.