Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Régions La dernière carte balaie toute fusion Bretagne Pays-de-la-Loire

2 10.07.2014 11:31
La socialiste Monique Rabin a regretté que dans cette commission "nous soyons un peu repliés sur nous-mêmes"

La socialiste Monique Rabin a regretté que dans cette commission "nous soyons un peu repliés sur nous-mêmes"

Archives PO/NATHALIE BOURREAU

Les députés ont voté mercredi en commission une nouvelle carte des régions, avec le Limousin uni à l'Aquitaine comme seule modification par rapport au projet initial du gouvernement.

Confronté à une "page blanche" après la suppression de cette carte par le Sénat vendredi lors de la première lecture du projet de réforme territoriale, le rapporteur du texte, Carlos Da Silva (PS), a fait voter en accord avec le gouvernement un amendement rétablissant une carte de 14 régions (au lieu des 22 actuelles), mais en détachant le Limousin de la nouvelle région formée avec le Centre et Poitou-Charentes.

La commission a rejeté tous les amendements prévoyant d'autres modifications comme le rattachement des Pays de la Loire à la Bretagne, de la Picardie au Nord-Pas-de-Calais ou encore du Poitou-Charentes à l'Aquitaine. Toutefois, ces amendements pourront être à nouveau déposés dans l'hémicycle, où le projet de loi sera débattu à partir du 15 juillet. D'ici là, "le débat va se poursuivre pour qu'il y ait une proposition qui satisfasse davantage de parlementaires qu'aujourd'hui", a assuré le rapporteur aux députés de la majorité notamment.

La discussion a en effet ressemblé à un véritable tour de France, chaque député intervenant davantage comme un élu local défendant son territoire plutôt que comme législateur.
La socialiste Monique Rabin, élue des Pays-de-la-Loire favorable à une union avec la Bretagne, a regretté que "dans cette commission, nous soyons un peu repliés sur nous-mêmes", dans une allusion aux députés bretons hostiles à cette union, comme Marc Le Fur (UMP) et Thierry Benoît (UDI), qui se sont abrités derrière l'argument du "gigantisme territorial".

Sous l'effet d'une alliance "contre-nature" entre les communistes, les radicaux de gauche et l'UMP, le Sénat avait rejeté vendredi la carte proposée par le gouvernement, se privant ainsi de son pouvoir de l'amender et laissant la main, au moins pour la première lecture, à l'Assemblée.

Les députés ont également adopté un amendement du rapporteur facilitant quelque peu l'exercice du "droit d'option" pour les départements qui voudraient changer de région à partir de 2016, c'est-à-dire après les élections départementales et régionales reportées dans le projet de loi de mars à décembre 2015. L'amendement supprime la condition de référendum dans l'ensemble des collectivités concernées pour la remplacer par une "majorité des trois cinquièmes du conseil général du département concerné ainsi que des deux conseils régionaux concernés".


Dans Presse Océan du vendredi 11 juillet, retrouvez ce que pensent plusieurs élus de Loire-Atlantique de cette nouvelle carte, notamment François de Rugy (EELV) et Christophe Priou (UMP)
(version numérique à télécharger ici).

Commentaires (2)

Ce n'était qu'un vote en commission
observateur44 jeu, 10/07/2014 - 16:26

il reste aux députés de gauche et de droite des deux régions concernées à se prononcer publiquement lors du vote en Assemblée sur les amendements qui seront présentés et demanderont la fusion des deux régions. On pourra enfin mettre des noms sur ceux qui préfèrent une lecture passéiste de notre avenir à ceux qui se soucient de réunir nos forces pour affronter la concurrence et s'ouvrir au monde.
Quant aux délires du sieur Cyrano, on ne peut que les déplorer alors que se joue l'avenir de nos enfants en ce moment.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.