Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saint-Molf Assassinat d'une prostituée : le syndicat du travail sexuel alerte

0 11.11.2016 10:17
Le syndicat dénonce notamment  une « précarisation » réelle des travailleuses sexuelles.

Le syndicat dénonce notamment une « précarisation » réelle des travailleuses sexuelles.

Photo illustration PO

Niurkeli vivait entre Nantes et Paris où était déjà installée une partie de sa famille. Cette femme, que ses amis surnommaient "Niurka", se prostituait, notamment à La Baule. Son métier lui a coûté sa vie. Elle avait 33 ans (plus d'informations en cliquant ici).

L'un de ses clients, un homme de 50 ans, a été interpellé à son domicile début novembre. Il a rapidement reconnu qu'il avait assommé et étranglé la jeune femme dans la nuit du 20 au 21 octobre. Il a expliqué qu'il avait ensuite brûlé son corps dans un champ, près de son domicile. Depuis, il a été mis en examen pour assassinat à Nantes et placé en détention provisoire.

Cette mort brutale est la « conséquence directe de la loi pénalisant le client, qui précarise les travailleurs sexuels et les poussent à prendre davantage de risques », a dénoncé jeudi le Syndicat du travail sexuel, le Strass.

Selon ce syndicat, Niurkeli, la prostituée assassinée, se rendait régulièrement en province pour « maintenir ses niveaux de revenus », parce qu'à Paris, ses clients avaient « pris peur » du fait des débats récurrents sur la loi prostitution, a expliqué à l’AFP Thierry Schaffauser, le porte-parole du Strass.

Or, ces déplacements, liés à une « précarisation » réelle des travailleuses sexuelles, constituent « un facteur de risque » car ils « génèrent de l'isolement », a-t-il affirmé.

« Nous en avons assez que les morts de nos collègues se succèdent dans l'indifférence générale », pointe le Strass, qui dénonce également « une augmentation des violences » sur les prostituées depuis avril.

Le Syndicat du travail sexuel, qui s'est porté partie civile dans cette affaire, fait également appel à la « générosité » pour « couvrir les frais de funérailles » et les « recours en justice » au nom de la famille de Niurkeli, « en situation de précarité ».
Il appelle à un rassemblement le 20 novembre devant le ministère de la Justice.

 

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.