Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saint-Nazaire Le site de l'abattoir GAD et ses 80 employés toujours en sursis

0 21.08.2013 14:37
Selon un délégué Force Ouvrière, il n' a "plus d'espoir pour les 80 salariés du site de Saint-Nazaire". "Ce sera le chômage en octobre prochain", ajoute-t-il.

Selon un délégué Force Ouvrière, il n' a "plus d'espoir pour les 80 salariés du site de Saint-Nazaire". "Ce sera le chômage en octobre prochain", ajoute-t-il.

Photo : Archives PO

Le tribunal de commerce de Rennes a décidé de prolonger la période d'observation pour l'entreprise GAD, spécialisée dans les abattages de porcs qui emploie 1700 employés, jusqu'au 16 octobre prochain.

Mise en redressement judiciaire depuis février dernier, l'entreprise va présenter lors d'une réunion prévue le 18 septembre prochain par le tribunal de commerce de Rennes, un plan de continuation pour sauver le site de Josselin (Morbihan), qui regroupe 650 employés. L'actionnaire majoritaire serait près à moderniser le site avec la création de 343 emplois suite à la fermeture des sites de Lampol Guimiliau (Finistère), Saint-Martin-des-Champs (Finistère) et Saint-Nazaire.

Pour le site de Saint-Nazaire, qui s'occupe de la découpe du porc et la fabrication de produits élaborés (saucisse, brochettes) et de la charcuterie situé dans la zone de Brais, "il n'y a aucun espoir. Pour les 80 employés du site, ce sera le chômage en octobre prochain. Maintenant, nous ne pouvons plus rien faire à part négocier le plan de sauvegarde de l'emploi qu'on nous propose. Dans cette histoire, nous sommes les dindons de la farce ", confie, amer, Pierre-Luc Lamy, délégué Force Ouvrière de Saint-Nazaire.

Plus d'informations dans votre édition de Presse Océan ce jeudi 22 aout

 

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.