Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saint-Nazaire STX par son directeur : "compétent et compétitif"

0 26.06.2014 11:08
Photo PO-Nathalie Bourreau

Laurent Castaing, patron du chantier où travaillent actuellement 2 400 salariés.

NATHALIE BOURREAU

Le directeur général du chantier nazairien fait le point après les dernières commandes. Pour Laurent Castaing, le chantier récolte les fruits de ses efforts industriels, dans un contexte économique plus propice. Notre interview.

Presse Océan : 2014 est-elle l’année de la navale ?
Laurent Castaing : « Je ne sais pas, mais il est sûr que le chantier se trouve dans une forme bien meilleure. Peut-être même meilleure que nous le souhaitions. Nous avons un carnet de commandes que peu d’entreprises industrielles ont en ce moment. À partir de 2016, nous livrerons un gros paquebot par an ».

On parlerait plutôt de reprise ?
« Oui. Mais il ne faut pas oublier que toutes ces commandes ont été prises dans des conditions économiques difficiles. Il reste encore plusieurs années de bataille devant nous pour assurer l’équilibre de la société ».

Comment le chantier STX va-t-il tenir la cadence ?
« Le carnet de commandes correspond à notre capacité. Avec les très gros paquebots, le plan de charge est fait de creux et de bosses. Nous subirons encore des phénomènes de surcharge alors que dans les creux, nous sommes en recherche de commandes. Il y a encore de la place ».

Quelle place pour les sous-traitants locaux ?
« Nous avions dit que nous travaillerions avec nos coréalisateurs habituels. C’est ce qui est en train de se passer, à quelques exceptions près. Et après des négociations parfois difficiles ».

Comment expliquez-vous cette reprise ?
« D’abord, l’économie se porte mieux, le marché des loisirs aussi. Nos principaux clients reprennent confiance. Ensuite il y a des raisons internes. Nous avons su montrer nos capacités techniques à un moment où la taille des navires croit, en se plaçant comme un spécialiste des grands navires. On a augmenté notre effort de R&D, notamment pour diminuer l’empreinte environnementale. C’était bien vu car c’est l’attente des armateurs ».

Et l’accord de compétitivité ?
« C’est le second travail en parallèle : l’amélioration de la compétitivité avec des investissements. Il y a le portique mais aussi le changement des systèmes informatiques. L’accord de compétitivité fait partie de l’ensemble des démarches. D’un côté nous avons donc des armateurs qui reviennent avec des volontés de commandes, de l’autre, un chantier compétent et compétitif ».

La diversification vers les énergies marines ?
« L’objectif de faire un petit tiers de notre chiffre d’affaires autour des énergies marines d’ici 2020 ne change pas. Il va être temps de songer à mettre en place les investissements, avec de nouveaux ateliers pour produire jackets ou sous-stations. Les études préliminaires sont faites. Il reste au conseil d’administration de le décider ».

Propos recueillis par Nicolas Dahéron

Bio express

À la barre de STX France depuis janvier 2012,
Laurent Castaing a été directeur adjoint du chantier
(1998-2004) et responsable d’atelier.

Retrouvez notre dossier sur la navale et notre supplément économique sorti mardi dernier, à suivre ici.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.