Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Salon des métiers d'art Les bijoux en carapaces de scarabée de Sundara Dufour

0 06.12.2016 08:00
  • Romain Boulanger

    Sundara Dufour est bijoutière-joaillière depuis sept ans

  • Romain Boulanger

    Sundara Dufour est bijoutière-joaillière depuis sept ans

A l'occasion du salon des métiers d'art à Nantes, rencontre avec des créatrices et créateurs passionnés.

« Je suis entrée dans la bijouterie par la porte de l'Histoire, de l’archéologie et des trésors trouvés lors des fouilles », explique Sundara Dufour. Installée à Besançon depuis deux mois, la jeune femme de 29 ans a participé au salon des métiers d’art (du 2 au 4 décembre) à Nantes. Sundara Dufour est bijoutière-joaillière depuis sept ans. « Je travaillais à Lyon, pour Van Cleef & Arpels et depuis un an j’ai créé ma propre marque de bijoux. C’est fatiguant mais tellement intéressant. J'ai plusieurs casquettes, ce n’est pas toujours évident, confie-t-elle. Chaque jour est différent. Ce qui m’intéresse, c’est la création. La partie vente est plus difficile », sourit-elle.

Cabinets de curiosité

« Enfant, j’étais passionnée d’égyptologie. Je voulais devenir restauratrice de vieux bijoux retrouvés. Mais ça n’existait pas ». Elle puise son inspiration dans les cabinets de curiosité. « J’utilise des matériaux naturels, comme les essences de bois rares, cuirs, fourrures, et bien d’autres ». Mais aussi, plus surprenant encore, « des carapaces de scarabée chatoyantes. J’en récupérais dans les cadres d’entomologie, mais ce n’était pas évident. Aujourd’hui, je les achète à un éleveur en Thaïlande. Je ne retravaille pas leur couleur, j’utilise juste une résine transparente ».


À découvrir sur sa page Facebook

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.