Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Un fermette incendiée : les os sont ceux du retraité allemand

0 11.02.2016 15:21
  • Photo Le Maine Libre/Denis Lambert

    Ces ossements ont été découverts dans les décombres d'une dépendance de la fermette incendiée.

  • Photo Gendarmerie

    Dimanche 7 février, la gendarmerie avait lancé un appel à témoins pour retrouver le couple.

Selon nos confrères du Maine Libre, ce jeudi 11 février, les premiers résultats de l’autopsie et des comparatifs ADN viennent de tomber, après l’incendie de la maison de Saint-Georges-de-la-Couée (Sarthe) le matin du jeudi 4 février.

Selon le parquet du Mans, les ossements découverts dans une dépendance de la maison sont ceux de Eitel Brandenburg, le conjoint. La fermette de cette Allemand, située dans la Sarthe, à Saint-Georges-de-la-Couée, au lieu-dit Le Rompay, a été mystérieusement incendiée dans la nuit du mercredi au jeudi 4 février dernier.

La gendarmerie avait lancé un appel à témoins pour retrouver le couple de retraités allemands qui vivait dans cette maison. Samedi dernier, il était toujours introuvable. « C’est toujours le brouillard », confiait le parquet, malgré la mobilisation d'entre 20 et 25 gendarmes sur l’enquête.

Sondage des plans d'eau

Des plongeurs de Nantes ont sondé une mare, un puits, une réserve d’eau ainsi qu’une partie du plan d’eau du Pas du bœuf. Une battue a également été réalisée dans le bois situé à l’Est de l’habitation. « Aucun élément n’a été trouvé », indiquait la gendarmerie samedi soir.

Les enquêteurs ont cherché à faire parler les restes humains retrouvés dans la fermette incendiée. Une autopsie a été réalisée ce lundi ainsi qu'une analyse de l'ADN prélevé sur les ossements avec celui de la fille du couple. Elle confirme qu'il s'agit bien de son père.

Avis de recherche

Des restes d’une arme ont encore été découverts à côté des ossements. Les interrogations se concentrent désormais sur la femme, Elizabeth Homke : aucun élément ne permet de dire si elle est vivante ou morte. L’appel à témoins lancé après l’incendie reste d’actualité, mais uniquement concernant Elisabeth Homke née Schneider.

Plus d’informations dans « Le Maine Libre » de ce vendredi 12 février. A lire aussi en version numérique en cliquant ici.

 
Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.